La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

jeudi 16 avril 2009

Génériques et franchises médicales

J'ai abordé le problème des génériques. Je vais détailler mon ressenti.
Je suis habituée à des médicaments et parfois je ne veux pas du générique. C'est mon droit, rien ne m'interdit de refuser un générique même si ça fait très égoïste, très peu geste citoyen. Le problème c'est l'attitude des pharmaciens qui veulent m'imposer les génériques alors que j'estime avoir de bonnes raisons d'en refuser certains.

Je ne refuse pas les génériques par principe, j'en refuse pas mal pour deux raisons :

  • Le médicament original et son générique sont différents.

    Il n'y a que très peu de génériques qui sont de vrais clones du médicament et je n'accepte que ces clones. Si ce n'est pas le cas, même si la molécule est la même, le résultat parfois est différent et je le ressens.

    Par exemple je n'aime le dolipranne qu'en effervescent et son générique ne se dissout pas du tout pareil, tout tombe au fond et je perds du temps à remuer, le goût n'est pas pareil et ne me plaît pas.

  • L'autre raison est que je ne m'y retrouve plus.

    J'ai des boîtes de toutes les couleurs dans mon coin pharmacie, tous ces génériques ne me disent rien du tout, je ne sais plus ce que j'ai. J'ai beaucoup de médicaments qui me restent et je n'ai pas envie de lire toutes les notices pour retrouver le générique de l'advil, du motilium, du spasfon quand j'ai besoin de soulager un membre de ma famille ou moi avec ma tête prête à éclater certains soirs ou jours qui suivent herceptine.

La dernière fois que j'ai dû batailler avec la pharmacienne, j'avais la grippe, j'étais fébrile, complètement vidée de toute énergie, je sortais de chez le médecin et je n'avais qu'une envie, retourner au fond de mon lit. Cette grippe était accompagnée de nausées, je devais prendre du motilium. La pharmacienne m'a pris la tête pendant plus de 10mn pour me donner le générique et non pas le motilium que je réclamais. Ce n'était pas la copie strictement identique du motilium, pas pareil pour moi. Je trouve que je dois subir assez de misères au quotidien pour qu'on me laisse tranquille avec le choix de mes médicaments. De toute façon, j'aurai droit à la franchise de 0,50€ sur ma boîte de médicament.


Elle a tout tenté, me culpabiliser en me disant que ce n'était pas dans ses habitudes de procéder de la sorte (accepter de ne pas donner un générique) sous-entendant que j'étais une vilaine citoyenne, me faire valoir que je devais avancer l'argent, tout ça pour une boîte à moins de 3€ dont je paye déjà 0,50€. J'ai tenu bon, je n'avais déjà pas beaucoup d'énergie, elle m'a pris le peu qu'il me restait.

J'ai bien essayé d'argumenter que je devenais méfiante avec les médicaments à force d'en absorber, que j'avais mes petites habitudes et que ça me rassurait dans cette immersion dans la maladie. Rien eu à faire, pour la rendre plus aimable à mon égard.


Elle a dû plier, j'étais la consommatrice, je payais, je pouvais choisir mais la bataille fut rude et elle m'a bien fait sentir que c'était contrainte et forcée .

J'ai cédé la dernière fois avec l'une de ses collègue. Je vais toujours dans cette pharmacie juste à côté de chez moi, c'est la plus grosse pharmacie de Lyon, ils sont 60 et pourtant je les connais pratiquement tous, c'est dire le temps que j'y passe et les sacs de médicaments que j'ai emportés avec moi.
La pharmacienne a voulu me donner le générique du di-antalvic. Mes maux de tête étaient trop fort, l'advil ne suffisait plus, c'était invivable, j'avais une ordonnance pour mettre fin à mes souffrances répétées. Je tenais énormément à mon di-antalvic, je sais que lui me soulage et je ne voulais rien d'autre, pas d'autres effets secondaires, pas un autre conditionnement. Elle m'a expliqué que le générique était le même, même labo, même présentation, même composition, exactement son clone. J'ai donc accepté, là oui, c'est un générique pour moi, je n'aurais pas une autre mauvaise surprise en prenant ce médicament, je ne veux pas avoir autre chose en plus, l'addition du cancer est assez salée comme ça.

Parfois le médecin écrit lui-même le générique sur l'ordonnance, parfois je prends, parfois je refuse, ça dépend de quoi il s'agit. Je suis super méfiante. Je le sens que ce n'est pas pareil, peut-être que c'est psychologique mais comme ça compte aussi, je ne veux que des génériques du style clone, pas les autres.
Maintenant que je sais que la plupart ont de l'asparthame dans leur composition, j'aurais un argument de plus à opposer aux pharmaciens pour affirmer mon choix.

Ce qui m'agace le plus dans cette hypocrisie, c'est qu'on veut nous faire croire qu'on va sauver la sécu en prenant des génériques. Depuis que je connais les prix des chimios, autour de 1.000€ la perfusion, je pense que négocier les prix avec les labos feraient faire plus d'économies qu'un générique d'une boîte de dolipranne autour de 2€ et remboursé seulement si on est passé chez le généraliste avant.
D'ailleurs si je demande de moi-même sans ordonnance une boîte d'advil ou de dolipranne, les pharmaciens me laissent tranquille, c'est seulement lorsque je viens avec une ordonnance, qu'ils essayent de grapiller 2€ sur l'ordonnance. Ca m'épuise.

D'ailleurs depuis que j'ai connaissance du coût d'un cancer et donc du profit qu'en tire les labos pharmaceutiques, je suis convaicue que ce n'est pas demain qu'ils vont se lancer dans la recherche des causes du cancer. Ils ne vont pas tarir leur vache à lait, ils continueront à produire des médicaments toujours plus ciblés, plus chers. Tant pis pour nous, pauvres cancéreux.

Tant que je suis remontée contre les pharmaciens trop soucieux de faire des économies à la sécu au lieu du bien-être moral et physique de leurs patients en les prenant pour des demeurés plein de préjugés,  une autre plainte : les franchises médicales qui n'en finissent pas.
J'ai aussi vidé ma boîte aux lettres en rentrant, de vacances elle était bien remplie et j'ai trouvé le décompte de la sécurité sociale et la fameuse attestation de ma carte vitale que je réclame depuis début mars.
Il faisait 3 ou 4 pages. Je sais je coûte cher mais c'est le prix pour être vivante.
Il y avait la liste des taxis pour me rendre à mes chimios, toutes les trois semaines. J'ai remarqué et je l'ai signalé à mes chauffeurs de taxi, que si j'ai un chauffeur différent à l'aller et au retour et donc deux demandes de remboursement, on m'enlève 2€ sur l'aller et sur le retour donc 4€ mais si j'ai le même chauffeur et une seule demande de remboursement pour l'aller-retour, une seule franchise de 2€. Je trouve ça cher 4€ toutes les trois semaines pour ma chimio.
Retenue de 4€ sur mes prises de sang toutes les 6 semaines.
Retenue de 0,50€ sur chaque boîte contenant un patch Emla pour ne pas sentir l'aiguille piquer mon pac à chaque chimio.
Retenue de 0,50€ à chaque visite chez la kiné pour faire partir l'œdème de mon sein que je promène depuis plus de deux ans et demi. J'avais déjà fait 40 séances avant l'invention de la franchise et là je viens d'en faire 20 et j'ai une ordonnance pour en faire encore 30.  Pour ces 50 séances de kiné, ils me prendront 25€ de franchise. A raison de 2 séances par semaine, je paye 4€ de kiné par mois.
Retenue d'au moins 2€ pour chaque scanner, IRM etc...
Retenue de 0,50€ pour chaque tube de granules d'homéopathie achetés pour le mammotome.
Et pareil pour toutes les boîtes de médicaments achetées pour la grippe, pour les produits à injecter à chaque imagerie.
Je savais que la franchise était limitée à 50€, on m'a précisé qu'il y avait deux comptes de 50€, donc en fait 100€ de ma poche mais là je trouve que ça fait beaucoup. J'en ai assez de payer pour ma maladie.
Je vais appeler la sécu pour tenter de savoir où j'en suis, j'ai l'impression de les avoir atteint moi les 100€, ça en fait plusieurs que je reçois comme ça avec des colonnes de franchises qu'ils se remboursent dès que je suis malade d'autre chose que le cancer.

Et hors de question que je paye pour des génériques remplis d'asparthame qui pourraient nuire à ma santé!!!!

vachecolere


Commentaires

    les amendes

    Après avoir lu ce que tu écris sur les génériques, j'ai eu une discussion avec une amie qui est préparatrice en pharmacie. Depuis quelques temps elle commence à vraiment se rendre compte que pour les inciter à vendre certains médicaments, les commerciaux des labo, n'hésitent pas à leur cacher délibérement les effets négatifs de certains produits. C'est en lisant la presse qu'ils apprennent que certains produits, certains génériques ne sont pas si ok que cela.
    Elle me racontait que son père, qui n'est pourtant pas du genre à trop s'écouter...avait mis sur le compte d'une gastro des nausées. Puis, les nausées perduraient, alors il a réfléchi et s'est rendu compte que ces malaises sont apparus en même temps que le moment où il est passé à un médicament générique (qui permet une meilleure vascularisation des minuscules petits vaisseaux cérébaux). Il a décidé de lui même de reprendre l'original...et les nausées ont disparu tout de suite....
    Mon amie m'expliquait également que les pharmacies sont très régulièrement contrôlée par la Sécu (chaque mois apparemment). Si ils n'ont pas vendu suffisamment de médicaments génériques ils ont des amendes à payer....
    On comprend mieux pourquoi ta pharmacienne te regarde de travers quand tu insistes pour ne pas prendre le générique. En même temps, je ne plains pas les pharmaciens...ce ne sont tout de même pas les amendes de la Sécu qui vont les faire "fermer boutique"...ils ont de la marge !!!! Pauvres petits pharmaciens !!!! Et zut alors !! Le client est ROI et le client c'est NOUS.

    Posté par Missmaryflo, mardi 21 avril 2009 à 17:36

Poster un commentaire