La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

samedi 25 avril 2009

Infirmier et non pas infirmière

Mon infirmière m'a rappelée hier soir vers 18H30 pour me dire qu'elle n'était pas habilitée à faire les chimios. Elle avait aussi un message du CLB, ils n'ont pas traîné, je sais combien en oncologie ils sont super réactifs.
J'étais déçue et contrariée qu'elle me rappelle aussi tard, le dernier message que je lui avais laissé était sur son portable.
Je me suis souvenue de l'onco et de son infirmière rencontrés le matin au CLB, lorsqu'ils m'avaient demandé si je connaissais une infirmière, ils avaient ajouté "sinon il y a Carlos" et m'avait demandée si ça ne me dérangerait pas d'avoir un homme. Ça m'est complètement égal d'avoir un homme ou une femme, du moment que c'est quelqu'un de sympa, pour mon cancer, il faut qu'il soit sympa, aux petits soins avec moi et qu'il ait du tact.
Dès que j'ai eu la réponse négative de l'infirmière, j'ai cherché les infirmiers de mon arrondissement avec un prénom Carlos et évidemment, il n'y avait qu'une seule réponse. Je l'ai appelé, j'ai laissé un message. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas sans messagerie? on n'arriverait même plus à échanger ou alors ça prendrait des semaines.
Dix minutes après, il devait être 19H (décidément, le vendredi soir à 19H, ça doit être mon heure), il m'a rappelée. Il avait une voix qui me plaisait, c'est un ancien infirmier du CLB, ça aussi ça me plaisait. Il voulait savoir quelle chimio j'avais, quel cancer, à quelle fréquence, si j'avais un pac et quand commencer. Il aimerait passer quand il serait dans mon coin pour qu'on fasse connaissance.
Il me passera le produit en une demi-heure, je l'ai en 45mn-1H à l'hôpital, il faut ajouter le temps pour me brancher, me débrancher, rincer mon pac. Il a l'habitude de faire les chimios en début ou milieu d'après-midi, je lui ai précisé que mon seul impératif était d'aller chercher mes filles à l'école à 16H30.
J'étais ravie et soulagée d'avoir trouvé mon infirmier. Par contre, je ne le savais pas du tout et il me l'a appris, il doit rester avec moi pendant toute ma perf. Ça me plaît beaucoup moins, me retrouver toute seule avec lui pendant 1H, bof, bof...
Je vais être obligée de faire la conversation ou on va faire comme si on était seul et vaquer à nos occupations. J'aime bien lire pendant ma perfusion, je me vois mal lire avec lui assis à côté. Il faudra qu'on s'habitue.
Enfin dans ces conditions, c'est sûr, il faut mieux s'en trouver un sympa, je vais passer une heure avec lui toutes les trois semaines à vie.
J'ai laissé un message au CLB pour les avertir de ce changement d'infirmier.
J'attends de faire sa connaissance.

Posté par IsabelleDeLyon à 14:33 - Cancer : ma Bataille - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Commentaires

    Je te souhaites qu'il soit très sympa et qu'il transforme cette heure en un moment agréable
    Bisous

    Posté par Tili, samedi 25 avril 2009 à 21:27
  • une heure ?

    C'est cool si ça ne dure qu'une heure !!!
    Pour moi, c'est deux.
    Je dois être une des seules à avoir des flacons d'herceptine en poudre dans mon frigo ce qui oblige l'infirmière à reconstituer l'herceptine en solution injectable...ça prend forcément un peu plus de temps.
    Je me suis posée les mêmes questions que toi. J'appréhendais un peu de devoir faire la conversation avec elle...Au début, les silences me gênaient un peu. Avec le temps, nous nous sommes habituées l'une à l'autre. Elle voit très bien quand je souhaite rester silencieuse. Toutes les injections ne sont pas identiques. Parfois nous papotons beaucoup, parfois nous n'échangeons que le strict minimum. C'est comme j'ai envie...je prends un livre, j'allume la TV, je prends mon PC, ou bien je ferme les yeux...bref elle me laisse tranquille...et c'est pour ça que je l'apprécie. J'ai eu à faire à différentes remplaçantes...certaines mieux que d'autres comprennent très vite l'attitude à adopter...Une chose est sûre, si le silence gêne ton infirmier...ça sera difficile de savourer un bon moment de lecture !!!
    Le mieux serait d'en discuter avec lui le premier jour. Lui dire comment tu envisages le déroulement de ces injections. Il faut qu'il s'adapte et te laisse bouquiner tranquille quand tu en as envie. De son côté il peut prévoir des petits trucs à faire...en même temps, je me dis qu'une heure ça va passer super vite !!! Si ça se trouve il ne lui restera pas beaucoup de temps "libre".
    Vivement la prochaine injection, que tu sois fixée !!!
    Bizz, bizz.
    Ciao.

    Posté par Florence, dimanche 26 avril 2009 à 17:59
  • hello, je m'appelle kiki, j'ai 36 ans et je viens
    de faire mon injection d'herceptine aujourd'hui, moi je vais à l'hôpital toutes les trois semaines, c'est pas toujours plaisant mais bon !
    Il me reste encore 4 injections, la der ce sera
    pour le 30 juillet 2009, bientôt la quille...
    J'espère qu'après mes cheveux repousseront normalement car pour l'instant c'est la misère, on dirait un pioute tout pelé tombé du nid. En fait ce sont des cheveux de bébés qui poussent tous les trois mètres, bref je ne suis pas encore sous mon meilleure jour et je dois encore porter des foulards pour cacher ça...
    Ca ne m'empêche pas de partir en vacances au Maroc la semaine prochaine avec mon chéri et mon fiston de 4 ans.
    Je te souhaite bien du courage.
    KIKI

    Posté par kiki, jeudi 7 mai 2009 à 18:20
  • super kiki de projeter ce voyage au Maroc en famille, rien de mieux pour oublier un peu toute cette période angoissante.

    Dans mon cas, herceptine est à vie alors au bout de 3 ans, l'hôpital commence à me prendre un peu trop de temps, je serai bien mieux chez moi et comme c'est prévu pour continuer à vie...

    Posté par IsabelleDeLyon, mardi 12 mai 2009 à 14:45

Poster un commentaire