La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

dimanche 28 novembre 2010

Chimios à vie, le pourquoi du comment

Un commentaire récent sur ce blog et la réaction de ma mère m'ont donné envie d'écrire cet article pour expliquer pourquoi j'aurais des chimios à vie, dans le meilleur des cas.

interrogations

Vendredi, en envoyant mon texto, en sortant du scanner, pour annoncer que tout était normal, ma mère m'a aussitôt téléphonée. Comme ça fera 5 ans que je vis avec ce cancer, en mai prochain, elle me demande si je vais enfin être déclarée guérie. Ce n'est pas la première fois que je suis obligée de répéter ma situation à mes proches. Je suppose qu'elle est inacceptable pour eux. Ils doivent penser que j'exagère, que je dramatise et que je dois être logée à la même enseigne que tous les cancéreux : au bout de 5 ans sans récidive = guérison. Je l'ai ramenée à ma triste réalité. Cette logique ne fonctionne que pour les cancers localisés et en aucun cas pour un cancer généralisé. Il y a 5 ans, j'avais des métastases, des tumeurs cancéreuses secondaires. J'en avais 4 assez grosses dans mon foie, il y avait urgence. Le foie est un organe vital, s'il est trop envahi, il ne fait plus son boulot et on finit par en mourir, on ne peut pas vivre sans foie. Un cancer métastasé ne pourra jamais être déclaré guéri, JAMAIS. Je ne serai jamais guérie. Le nec plus ultra pour moi est la rémission complète. Depuis 4 ans, je suis en rémission complète. Autrement dit, on pense que j'ai toujours des cellules cancéreuses dormantes quelque part dans mon organisme qui peuvent se réveiller d'un moment à l'autre. Avec le cancer, on ne sait jamais à quoi s'attendre. On peut juste constater qu'actuellement, il n'y a aucune activité cancéreuse décelable dans mon corps.
Comme il s'agissait d'un cancer du sein Her2+++, le plus agressif, de moins bon pronostic, on matraque le corps avec son arme Herceptine. Une femme avec un cancer du sein Her2+++ non métastatique, n'aura herceptine qu'un an ou 6 mois. Une femme qui a ce cancer mais avec des métastases, comme moi, sera sous herceptine à vie. Avant herceptine, avec des métastases, j'aurais eu 3 ans à vivre. Les taux de survie étaient mauvais, ce cancer répondait mal aux chimios classiques. On pouvait juste gagner un peu de temps, mais rien de plus. Depuis l'arrivée d'herceptine, les oncologues ont enfin un véritable traitement qui a le pouvoir de bloquer la progression de ce cancer et même de le faire reculer. Malheureusement, lorsqu'il est métastasé, on obtient en général une période de stabilisation, on arrive à le faire diminuer, à l'arrêter mais pour un certain temps. Il finit par reprendre de son ardeur et emporte avec lui la patiente. Nous ne sommes que quelques survivantes de ce cancer métastasé d'emblée. Mon oncologue ne sait pas pourquoi moi je suis en rémission. Elle n'a toujours pas réussi à avoir une seule autre patiente en rémission avec le même tableau clinique au départ. Elle est loin d'être la seule. Elle me dit que les oncologues ont dans le meilleur des cas une patiente comme moi. Les autres femmes, hélas, n'ont pas fait de vieux os. Aussi lorsqu'on arrive à obtenir une rémission complète, on préfère ne surtout pas courir le risque de perdre ce si bon résultat. On n'arrête pas herceptine, jamais. On surveille en attendant le jour où le cancer pourrait arriver à reprendre du poil de la bête malgré herceptine. On devient alors résistante et fort heureusement pour nous, on peut passer à Tyverb (lapatinib), une autre molécule pour les Her2+++.
La première chose que m'a annoncée mon oncologue était que j'aurai herceptine à vie, ou plutôt tant que je ne serai pas résistante à ce traitement. On peut me souhaiter d'en bénéficier toujours dans 20 ans. Ce qui signifierait que je serais toujours en rémission, ce que je peux espérer de mieux pour moi.

Ma mère le sait, mes proches le savent et malgré tout, à chaque contrôle, j'ai droit à cette question "Alors, elle t'a dit quand elle pensait pouvoir arrêter tes perfusions?" et à chaque fois, je fais la rabat joie. Je répète que c'est une chance que je sois en vie et que je le dois à herceptine. Sans herceptine, je serais morte. J'ai bien compris que le message a dû mal à être assimilé et que je vais devoir le répéter encore et toujours. Je préfère ressasser ces explications plutôt que de leur démontrer par une récidive combien mon cancer est très méchant et peut revenir me faire de grosses misères.

On peut être en rémission, ne plus avoir de traces décelables de cellules cancéreuses et être sous chimios à vie. L'objectif est justement de rester en rémission, de pouvoir continuer à vivre le plus normalement possible et de transformer ce cancer en maladie chronique.

Je devrais continuer toute ma vie à passer des échographies cardiaques puisque herceptine est cardio-toxique. Je devrais toute ma vie passer des scanner pour surveiller les métastases. Je devrais toute ma vie passer des IRM, mammographie et échographies des deux seins. Je devrais toute ma vie voir mon oncologue et ma gynécologue. Je devrais toute ma vie planifier mes vacances, mes formations professionnelles, mes rendez-vous en fonction de mes perfusions. Elles ont lieu toutes les trois semaines. Dès que j'ai un nouvel agenda, j'inscris un H pour herceptine, un jeudi sur trois. Ma vie tourne autour de ces perfusions, de cette potion magique indispensable pour continuer à vivre.
Ce qui est le plus difficile, c'est de vivre avec cette précarité, ce CDD "vie normale" renouvelable tous les 6 mois mais c'est mieux que de récidiver. Je suis en vie et j'en profite. Je donne un sens à ma vie et j'en mesure sa valeur. J'en paye le prix toutes les trois semaines mais j'espère continuer ainsi pendant des années...

freedom_heart_sky

Posté par IsabelleDeLyon à 19:32 - Cancer : ma Bataille - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Commentaires

    Je vous souhaite alors d'avoir encore pleins pleins de perfusions, pleins de jeudis marqués d'un H, et plein de vie et de moments de bonheur.

    Posté par Moo, dimanche 28 novembre 2010 à 21:36
  • Bravo

    Depuis quelques temps je suis votre blog qui m'a énormément touché, j'ai pleuré en lisant votre parcours, je n'ai jusqu'à présent jamais osé intervenir, ce qui est ridicule de ma part! D'autant que je connais bien le CLB depuis janvier 2005 où j'ai été opéré d'un cancer du sein, à l'âge de 44 ans...Et maman qui m'a suivi en janvier 2007 à l'âge de 74 ans, a supporté avec succès une chimio très lourde et radiothétapie, et ma foi, tout va pour le mieux actuellement!
    Mais en fait, je connais le CLB depuis 18 ans, et oui, la secrétaire d'Emmanuel DELAY n'est autre que ma meilleure amie, Agnès P.!
    Mon parcours n'a rien, mais alors rien à voir avec le votre, et j'admire cette force, ce courage exemplaire dont vous faites preuve, évidemment entourée du conjoint, ce qui est tellement important voire primordial, de la famille, des amis! Et puis deux petites filles qui ont tellement besoin de leur maman!
    Mon oncologue au CLB m'a toujours dit "50% moral donne 50% de chance en plus!"
    En tout cas, sincèrement je vous admire, car malgré votre rémission, qui je le souhaite sera sans cesse renouvelée, tout ce chemin parcouru dans la douleur, physique autant que psychique, il faut quand tenir le choc!
    Je m'excuse de la longueur de mon post, mais je suis maman de 3 enfants, 24, 21 et 15 ans, et ma dernière n'avait pas 10 ans quand j'ai été opéré, et je sais comment on doit se battre...
    Je continuerai à vous suivre, cela me donne du baume au coeur.
    Marie

    Posté par MARIE, dimanche 28 novembre 2010 à 22:25
  • Bonjour Isabelle,

    bravo pour ces précisions qui j'espère seront lues par tes proches et t'éviteront un peu à l'avenir d'avoir à redresser le "tableau".... Mais surtout, à travers ton blog, ton témoignage donne de l'espoir à des tas de femmes qui sont dans ton cas et prouve, s'il en était besoin, que la recherche avance. Reste à espérer que les médecins aillent encore plus loin et transforme cette rémission en guérison !
    je t'embrasse ma belle

    Catherine

    Posté par catherine, lundi 29 novembre 2010 à 07:51
  • oui

    Déjà super pour tes résultats !
    Oui, tu es un modèle pour toutes celles qui suivent derrière.
    Les oncologues sont vraiment certains que tu as encore des cellules cancéreuses dormantes ? Ou seulement ils se disent que c'est une forte propabilité et qu'il ne faut pas prendre de risque ?
    Ce que je me dis, c'est qu'Herceptin à vie, peut-être, mais moi, je rêve toujours qu'un jour, les chercheurs arriveront à trouver quelque chose qui éradiquerait totalement le mal. Bon, on me laisse rêver, ok ?!
    Des grosses bises et bonne semaine, plus légère, pas vrai ;o)
    Mélilotus

    Posté par Mélilotus, lundi 29 novembre 2010 à 09:12
  • utile pédagogie

    Merci Isabelle de toutes ces précisions, effectivement indispensables, pour les proches... et pour tout le monde
    Formidable que tu en témoignes !
    La recherche est vraiment la seule issue, mais souvent je me dit que le cancer du sein, à l'instar du sida, va finir par "faire partie du décor"...
    Ravie en tout cas de ces bonnes nouvelles de toi, la bise!
    Cathie

    Posté par Cathie, lundi 29 novembre 2010 à 09:39
  • Merci pour vos messages toujours aussi chaleureux.
    Mes proches ne viennent pas lire mon blog, pourtant certains ont l'adresse excepté ma mère.
    Seul mon mari est un fidèle lecteur et n'entretient plus d'illusions, juste de l'espoir.
    Herceptine a commencé à être testée voici 10 ans en France. La patiente la plus ancienne en rémission d'un cancer du sein Her2 métastasé, 10 ans, est décédée cette année. Peut-être qu'un jour si plusieurs femmes restent en rémission plus de 10 ans ou 15 ans, ils pourront imaginer que nous n'avons plus de cellules cancéreuses dormantes mais comme aucune n'a dépassé les 10 ans en rémission, ils ne ne peuvent pas parler de guérison dans notre cas.
    Florence (MissMaryFlo) est la plus ancienne que je connaisse, 7 ans et demi. Allez on y croit, on va les faire flamber ces stats... En attendant la recherche pourrait effectivement nous trouver un super vaccin, pour le moment ils bossent sur herceptine en sous-cutanée (plus de pac...)

    Posté par IsabelleDeLyon, lundi 29 novembre 2010 à 13:37
  • guérison ?

    il faut dire et répéter les mêmes choses, surtout aux proches, et vous le faites très bien, d'une manière claire et précise.
    moi aussi mon CS était HER2+++, mais en 2003 herceptine n'était pas encore prescrit...alors évidemment je tends tjs le dos...mon oncologiue me dit qu'au besoin (sic) on pourra l'utiliser...
    prenez plein de bon temps avec vos filles, votre mari, vos proches, car la vie est belle!

    Posté par biquette, lundi 29 novembre 2010 à 16:10
  • à vie!

    C'est ce que je retiens de ton post précis et touchant à la fois ... tu sais le faire

    A vie, maladie chronique, c'est là l'espoir des femmes touchées par un cancer avancé, et comme tu l'écris, la recherche avance , et si herceptine ne fait plus l'affaire, elle a/aura des ersatz puissants.

    Par rapport à la famille ... Tt ce que tu écris est si vrai pour moi.
    Mes parents se st demandés/m'ont demandé pourquoi je me suis tellement battue pour l'herceptine, un an après la fin des chimios (en 2004, même en cas de ganglions atteints, ce n'était pas dans le protocole), pourquoi j'ai préféré l'ablation des ovaires après 3 ans de castration chimique, pourquoi je me suis dépatouillée pour prolonger un anti-hormones après les 5 ans classiques. Après avoir dû arrêter le Femara, invivable pour moi (j'étais ds l'étude SOLE), je me suis re-battue pour recommencer avec Arimidex, ma famille n'est pas encore au courant.

    Je crois que nos parents veulent nous savoir guéries, un parent n'accepte jamais l'idée que son enfant pourrait mourir avant lui... en Suisse on ne parle pas de rémission pour qq comme toi, Isa, ni non plus pour moi car la tumeur était grosse, le grading très mauvais et 8 ganglions atteints.
    On parle de temps gagné, et de risques qui diminuent, on parle de facteur chance, d'efficacité de la chimio et/ou de l'hormono, on parle aussi d'activité non décelable.

    Bref personne ne se prononce vraiment, on apprend à vivre avec, tu es encore bien mieux placée pour le savoir.
    Et OUI, on vit avec cette extrême conscience de notre chance, du prix de la vie.

    Longue vie!
    Bises suisses (-6°C et neige sur les hauteurs, bonheur du matin)

    Posté par isasuisse, mardi 30 novembre 2010 à 09:21
  • Tu soulignes bien le problème psychologique des proches, espérer et ne pas pouvoir accepter.
    C'est dur pour toi de devoir répéter le message mais tu as raison, cela vaut mieux qu'une preuve par la récidive...
    Cependant faut il leur interdire d'espérer ? Peut être réorienter leurs espoirs vers des choses plus liées à la réalité, l'avancée de la recherche, la découverte un jour d'un traitement définitif

    Posté par Tili, mardi 30 novembre 2010 à 10:52
  • Merci d'avoir répondu si vite.Ton article est très claire.
    Merci pour toi.
    Amitiés
    Coquelicot

    Posté par coquelicot, mercredi 1 décembre 2010 à 22:20
  • À vie

    Bonsoir Isabelle,en lisant ton article je me suis reconnue. Mes métastases sont au bassin et à la colonne et mon pronostic est: cancer généralisé dans le futur. Personne ne sait quand mais je me croise les doigts pour que cette belle rémission que je vis se poursuive encore très très longtemps. Tous les mois je reçois une perfusion par biberon, je peux donc faire installer et revenir chez moi pour le temps de la perfusion. Je recevrai cela à vie également (Arédia) pour protéger mes os fragiles.

    J'apprécie la vie également et je la savoure, je suis positive et pleine d'espoir. Nous partons mon mari et moi la semaine prochaine pour une belle semaine de vacances au Mexique à Rivièra-Maya, nous fêterons mon anniversaire sous les chauds rayons du soleil. Vive la vie, je voulais voyager, cet ce sera mon 3ième voyage dans le sud en 1 an. Je te souhaites de Joyeuses Fêtes Isabelle et une rémission qui se prolongera le plus longtemps possible.
    Amicalement France

    Posté par france, jeudi 2 décembre 2010 à 07:01
  • Je suis heureuse pour toi que tous les résultats soient bons. J'ai eu la "chance" , si on peut dire, de ne pas avoir de métastases osseuses visibles comme dit mon onco. Il m'a dit: résultats satisfaisants. Mes marqueurs sont restés à 18. Mais j'y ai laissé un sein.Pour lui, qui ne ménage pas ses mots, on ne guérit jamais. mais on peut vivre longtemps... Alors, les gens ne peuvent pas comprendre que cancer = non guérison, mais rémission, terme qu'il exclut.Courage, et continue à VIVRE avec. Bisou

    Posté par yelena, dimanche 5 décembre 2010 à 22:12
  • Un espoir?

    Isa, je me permets de poster sur ton blog une info intéressante. Je viens de lire dans la rubrique scientifique (tjs très informée et de haut niveau) du Sonntagszeitung que des recherches ont été entreprises à la Harvard Medical School pour démontrer le rôle préventif contre les récidives de l'aspirine, à doses enfants (100 mg par jour).

    C'est convaincant, les 1ers résultats parlent d'une diminution de plus de la moitié de récidives pour tous les stades de c du sein (statistiques sur environ 120 000 infirmières suivies depuis 30 ans, dont environ 4100 ont été touchées par un cancer du sein). Dans les cancers avec petite tumeur de 1 à 2 cms, sans ganglions atteints, ça protégerait davantage que la chimio de précaution!. L'aspirine freinerait l'action de la prostaglandine et d'une autre substance inflammatoire appelée COX-2.

    Alors ça y est, je m'y suis mise! Ce n'est pas encore dans le protocole de base, mais je vais en parler avec mon onco et mon médecin, et en tt état de cause, cette prise n'est pas dangereuse, sauf intolérance personnelle à l'aspirine.

    Pas grand chose à voir avec ton post, sorry, mais je veux diffuser l'info, qui semble sérieuse et done de l'espoir. ça va dans le sens du cancer- maladie inflammatoire, comme le disent beaucoup de médecins, dont Seignalet et Servan-Schreiber, ainsi que tous les défenseurs d'une alimentation avec peu de sucres et peu de produits transformés.

    Bonsoir et bonne semaine à toutes.
    Isabelle

    Info à faire passer, à mon avis,

    Posté par isasuisse, dimanche 5 décembre 2010 à 22:50
  • merci pour ce blog-temoin

    bonsoir, je viens de lire une partie de vos articles, merci à vous de ce Blog-Témoin, intéressée par votre expérience comme je suis praticienne en art-thérapie, en lecture je vous conseille Christian Flèche, Christophe André bonne fin d'année au plaisir de vous lire, M.Hélène

    Posté par Mahé, samedi 18 décembre 2010 à 21:38
  • il ne faut jamais lacher

    ne lachez pas, même si c'est difficile.
    faîtes des protocoles expérimentaux et demandez toujours un nouveau traitement quand le précédent ne marche plus.
    ma femme vit votre histoire, d'un cancer du sein HER2+ ,qu'elle a eu à 35 ans, polymétatstatique,depuis 1997 > 100 au départ,(foie poumons os ganglions, ...). Depuis tout ce temps,on gagne du temps et même après la 18ème ligne de traitement, on peut encore être heureux en vivant le moment présent et le temps qui nous est donné.
    Bonne chance

    Posté par emmanuel, mardi 11 octobre 2011 à 13:46
  • REMISSION

    BONJOUR MOI AUSSI JE SUIS COMME BEAUCOUP D ENTRE VOUS dEPUIS 2006 JE BAT 1 ER CANCER DU SEIN RECIDIVE EN 2008. En 2010 RE RECIDIVE D 12 + POINT SUR D10 AINSI HANCHE GUAUCHE ET COTE DROITE ATEINDRE RADIOTERAPIE FLASCH VERTEBROPLASTIE EN AVRIL EN MAI RE TUMEUR AU SEIN RéOPERéE ET BIEN SUR A CHAQUE FOIS CHIMIO TRAVAIL EN MËME TEMPS JE FINI EN mars 2010LES TRAITEMENTS EN DECEMBRE 2010 RE TUMEUR AU SEIN CETTE FOIS SI ON MOPAIRE PAS Y A NOUVEAU DES POINT QUI R2APARAISE SUR COLONNES OU BOUT D UNE CURE =3 FOIS 50°/° LA CHIMIO FONCTIONNE JE CONTINUE LA CHIMIO JAI A NOUVEAU SPETCAN LE 15 POUR VOIR SI SA AGIT TOUJOUR JE CROISES LES DOIGTS ET JY CROIS ENCORE LE MORALE LA VOLONT2E NOUS AIDE DANS CETTE MALADIE JAI UN PROFESSEUR G2NIALE IL DIS QUE DANS MON CAS IL Y A ENCORE DES TAS TRAITEMENT IL Y A ENCORE UN NLS MEDICAMENT QUI EST MIS EN ROUTE AUX CENTRE DE DIJON ET NANTE QUI VIEN DAMERIQUE,LE MACROCHE JE VEU VIVRE JE VIEN DAVOIR UN PETIT FILS LE 15 JANVIER MA FILLE SE MARIE EN SEPTEMBRE ALORS OPOPOP JE VEUX Y CROIR A CETTE REMISSION ET CES TRAITEMENTS QUI AVANCE A GRAND PAS COMME DIS PROFESSEUR BIEN SUR JE SERAIS EN TRAITEMENT ET APRES SOUS CACHETS ET UN JRS UN MEDICAMANT ARRIVERA POUR STOPER HEUREUSEMENT JAI UN TRAVAIL QUI ME PLAIS ENORMEMENT JE PENS REPRENDRE FIN MARS SEUL LA CAISSE DE CPAM ME CASSE LES PIEDS Y PASSE EN INVALIDIT2 Y VOULAIS PASSER DIRECTEMENT JAI TAPER DU POING SUR LA TABLE ET EXIGER VOIR UN MEDECIN CONSEIL DE QU EL DROIT Y VOUS METTRE EN INVALIDITé 1 OU 2 OU 3 SANS MËME VOUS VOIR DONC JAI EU MON DV JAI DIALOGUER AVEC DT ET LA IL MAS DIS EFECTIVEMENT LES LOIS CPAM NE SONT PAS TOUJOUR ADAPTER POUR LES ALD ET LA AU BOUT D UN MOMENT DECHANGE IL ME DIS EFETIVEMENT JE VOUS MET EN 1 ET JE PEU RETRAVAILLER A 80°/° DE QUEL DROIS ON DECIDE POUR MOI AU MOIN JAI PU DIR CE QUE JAVAIS A DIR .JE SUIS BIEN DACCOR AVEC VOUS LA FAMILLE SE VOILE LA FACE MOI MON PAPA A DIS A MON EPOUS QUAND TU EST EN RETRAITE TU REVIENS DANS LES ARDENNES JE LES REGARDER ET LUI EST DIS MES PAPA AVEC MA MALADIE ON NE PEU PAS Y MA REPONDU MES D ICI LA TU SERA GUéRIE EH OUI NOUS SEUL SAVONS NOUS POUVONS AVOIR DE LONGUE REMISSION ALLER SALT2 CRABE ON MANGERA BIEN AMICALEMENT LIBELULE

    Posté par LIBELULE, mercredi 7 mars 2012 à 21:20
  • re residive

    bjr isabelle ainsi vs toutes je suis daccor avec toi bien sur c cronique voila je vien finir chimio et hop sa recommence douleur térible siatique os de la hanche encore +ateind une tache +le muscle psioas ces le muscle qui contourne la hanche et souvent les sportif l( on emflamer du au spor sauf k dans mon cas ces le cancer qui la ateind jai eu une radiotherapie flasch sur la hanche pour hiradier et stoper au maximum le cancer jai a nouveau rdv avec mon professeur jeudi 14 à midi la un nouveau protocole sera mis en place et oui comme tu dis plus projet on avance en fonction nos traitements il y avais une nls chimio en janvier mes trop dégat sur les 3personnes donc il ne me la fon pas mon proffesseur revien d amerique et jeudi je pens qu il saura me donner un nouveau traitement je c que en septembre il y a de nouveau traitements qui arrive mes dans mon cas faud commencer de suite alors jeudi je serais fixer et vais parler de l( herceptine je verais ce mon professseur en pens merci de mavoirlu et me repondre mounette

    Posté par mounette, mardi 12 juin 2012 à 21:16
  • Une masse de fric avec la chimio à vie

    Rien de plus .Que dire d'autre?

    Posté par Didine, lundi 13 juillet 2015 à 17:36
  • Bonjour ,
    Il y a 5ans et demi , le cancer est entre dans ma vie.Du haut de mes 37 ans , comme beaucoup, et tropde femmes j ai subit une mastectomie, suivit du protocole type fec100/ taxotere mais egalement Herceptine pendant 1 an. Etant preparatrice en pharmacie , en Mars 2010, j avais deja conscience de ce cancer rapide et agressif mais qui par le biais de l' anticorps "herceptine" mettais en latence l avancee du cancer. Apres 1an d herceptine , je n ai eu que 4 mois sans traitement , et rapidement des metastases au poumon, j ai donc subit une lobectomie par une thoracotomie( perte d un lobe du poumon ).Reprise jusqu a la fin de l'herceptine , subit apres une 2 intention de navelbine( chimio/herceptine), 1 an seul d' herceptine puis nouvelle recidive poumon , repartie l annee derniere sur 24 seances de taxol et d ' herceptine, pousuite de l 'herceptine seul, scaner de la semaine derniere montre une nouvelle majoration de la plevre , et metastate au poumon. Ce lundi 3 aout 2015, j aurai ma 90 seances d herceptine.
    La complexite du cancer Her2+++, est dans le long terme , l entourage , les amis , pour ma part ils ont tous compris que cet anticorps est mon allier pour profiter de chaque instant, j ai vu trop de mes amies parties , avec des recidives foudroyantes. Pas un jour sans me dire que j ai du temps et tant que l anticorps jouta son role de lantence et meme si je sais pertinement que l annonce d une nouvelle recidive par mon oncologue sera prononcer ce jeudi.
    Je ne peux m empecher de continuer a sourire a la vie et de ce qu elle m'offre , la magnifique rencontre avec ma 1er fille "eden" meme si l annee derniere j avais encore un turban sur la tete, de pousser la porte de la polyclinique et de voir mon fils aine avec sa fille , son front sur le mien, elle est la vie, juste pour cet instant , la vie le combat , faut le coup de s accrocher. Apres ma 3 eme recidive j ai ecris un livre simple temoignage de vie, sans editeur , mon mari et moi en avons commander 500, en moins de 1 an et m en reste 30.Mon oncologue, medecin traitant ...le donne en reference d' amour, d amitie , de rencontre, et de combat pour la vie . Au depart je souhaitais qu il reste pour mon entourage , mais de l ecriture , message de coeur pour mon mari, mes enfants , mes amies, ce livre ma permis d exprimer ce que je ne montrais pas . Aujourd hui a 42 ans , je suis tres sereine , car je me laisse porter par les bons moments de la vie, le regard de ms 3 garcons ( 25, 21, 14ans).
    Vous avez raiso sur une chose , l oncologue me met souvent en avant en me disabt qu 'il a 1 patience qui depuis 10ans est comme moi, dont le corps accepte bien tous ss chimios malgre de nombreuses recidives. Je ne lui est pas demander le sort des 99 personnes. Nous ne sommes pas des statistiques mais des personnes, tous les 21jours je rejoint le service ou je retrouve mes alliers, infirmieres et l' herceptine compagnion de route qui pour l instant me donne,nous donne du temps...
    Alors meme si la vie nous impose a tous des epreuves difficiles, j espere qu elle vous apportera aussi un peu de douceur ,de moments simple, de belles rencontres, et a toutes celles et ceux qui passent par la je vous envoie un doux message " la vie est magnifique cadeau alors Vivons la".

    Posté par francette, mercredi 22 juillet 2015 à 08:34
  • La chimio à vie n'est qu'une machine à fric .Atteinte de leucémie,ces professionnels en profitent-excusez-moi l'expression- à fond la cale

    Posté par didine, mardi 4 août 2015 à 18:40
  • Temoignage

    Je suis comme vous, je suis le seul accompagnant de ma femme qui combattait cette maladie, très déliquate et très couteuse par ses traiements, il faut jamais se livrer au désespoir, moi et ma femme nous croyant bien en une chose: c'est qu'il y a pour chaqu'un de nous "l'humanité entière" une seule et unique mort pour nous tous, de ce concept comme nous acceptions la vie nous devrions accépter aussi la mort, ce que nous laissons dérière nous ne vont ni souffrir ni vivre dans une vie malheureuse eternellement après nous ,du moment que cette mort nous survienne tot ou tard c'est notre destin sur terre, de ce fait il faut avoir ce courrage d'affronter cette maladie et penser aussi qu'il peu y avoir des miracles, qui sait les chercheurs par tous au monde travaille pour nous ,beaucoups d'humains s'interessent à nous ,il faut jamais penser qu'on est seuls, des exemples de gents qui ont vécus avec cette maladie très longtemps.
    merci à vous et merci à tous ceux qui s''interessent à nous et gardons espoir.

    Posté par ABDERRAHMANE, lundi 9 novembre 2015 à 23:12
  • découverte

    Je reste stupéfaite ! Bravo ! Comme vous, je fais des chimios à répétition...
    L'oncologue qui me suit est extraordinaire. Comme vous, j'ai des métastases et a trouvé la molécule, le yondélis, qui m'a sauvée. J'ai été opérée (utérus) voilà 2ans et demi, pensant avoir une retraite tranquille et envisager l'écriture. J'ai subi depuis 24 chimios. Mes métastases reculent ainsi que la tumeur. Mon cancer est une maladie rare, un sarcome, inguérissable, qui peut frapper tous les organes. J'ai un moral d'acier, je vis normalement, à part une arthrose déclarée. Pour ne pas avoir à subir des questionnements de mon entourage familial et amical, (sauf à mon fils et ma meilleure amie) je ne parle pas des chimios répétitives...j'ai un époux merveilleux qui m'accompagne à toutes les chimios.
    Je veux, par ces mots, dire à tous ceux et celles qui découvrent la maladie, qu'aujourd'hui le mot "miracle" n'est pas galvaudé. La médecine a fait d'énormes progrès, et ce n'est pas fini. D'ici quelques années les chimios seront remplacées par des cachets.
    Une chose essentielle : continuer à vivre comme avant...Hélène J.MOREAU

    Posté par MOREAU, vendredi 11 décembre 2015 à 12:02

Poster un commentaire