La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

jeudi 14 avril 2011

Pas de cancer dans mon sein : 5 ans de survie

Début de l'histoire :

Il est passé par ici, il repassera par là...

L'homme qui tire plus vite que son ombre


Cette semaine, je suis à peu près arrivée à mettre en sourdine cette attente de résultats. Je me suis vraiment consacrée, comme je le fais toujours mais là encore davantage, à mon quotidien, à me plonger le plus possible dans le présent sans penser au lendemain angoissant. C'est que l'enjeu était de taille. Soit je pouvais continuer cette vie que je me suis construite depuis le cancer en y consacrant beaucoup d'effort pour qu'elle me convienne, soit je repartais dans les traitements, chirurgie et chimio lourde auraient été au programme. Évidemment j'aurais tout affronté si je n'avais pas eu le choix. On ne fait pas ça par courage mais par manque d'option. Pour continuer à vivre, je suis prête à tout accepter.

Jusqu'à hier, tout allait bien. Je suis même sortie lundi soir avec mes copines, coucher à 1H du matin, lever à 6H, moi qui ai besoin de 8H minimum de sommeil, pour attaquer une journée de boulot très chargée mais super intéressante. Je n'ai même pas eu le temps de bailler, de cligner des yeux, je n'ai pas chômé jusqu'à 18H. Evidemment, je ne fais pas ça tous les soirs. Je dois ensuite aller me coucher plusieurs soirs de suite très tôt pour récupérer sinon je tombe malade. Je le sais parfaitement. Je me connais plutôt bien.

J'espérais aussi que le radiologue m'appelerait pour mettre fin à cette attente, je sais que c'est son habitude de rassurer ses patientes. Malheureusement il n'a jamais appelé. Plus le temps passait, plus je me disais que ça s'annonçait mal. Hier soir, je commençais à avoir du mal à ne pas y penser. Mon sommeil, cette nuit, n'a pas été fameux, j'y pensais. Aujourd'hui, j'ai eu du mal à me concentrer pour bosser mais j'ai quand même terminé tout ce que je devais finir dans la journée. Mais plus l'après-midi avançait, plus je sentais l'angoisse m'habiter.

Hier comme je n'avais toujours pas d'appel rassurant du radiologue, j'ai dû appeler ma mère pour lui demander d'aller chercher mes filles à l'école ce soir. J'ai dû lui expliquer pourquoi je devais aller à l'hôpital. Elle a aussitôt mis sur pied une autre organisation. Mon petit frère se chargeait de la sortie des classes. Elle voulait m'accompagner si ça me faisait plaisir. J'étais très soulagée de ne pas y aller seule. J'avais tellement peur de ce qu'on allait m'y apprendre et dans l'état dans lequel ça pourrait me plonger.

Elle m'a dit qu'elle ne voulait plus que je lui cache de telles nouvelles. Elle était ma mère, voulait savoir ce qui m'arrivait même si ça lui causait du souci. Elle préférait être à mes côtés, me soutenir. Ses paroles m'ont fait un immense plaisir.

Elle était à l'heure, avec sa voiture rouge flambant neuve. Mon programme informatique qui refusait de fonctionner depuis ce matin et sur lequel je m'acharnais a enfin accepté de faire son boulot correctement à l'heure prévue. Je l'ai rejointe et nous avons filé vers l'hôpital. A peine arrivées, j'ai signalé ma présence à la secrétaire. Je la connais bien, pas besoin de donner mon nom. C'est au moins un avantage de mon ancienneté. Je me sens en territoire connu. Elle a filé prévenir le radiologue de mon arrivée.

Plusieurs femmes sont passées. Heureusement que ma mère était là, avec moi, à discuter. Mon esprit était occupé et ne pouvait pas focaliser sur les résultats.
Il est venu lui-même en personne me chercher alors que c'est toujours son infirmière qui vient en salle d'attente. Mais je l'ai justement choisi pour ses qualités humaines. Il s'est aussitôt excusé de m'avoir fait attendre. Il n'avait toujours pas eu les résultats, il était en train de les charger. Voilà une explication à son absence d'appel.
Il nous a fait asseoir, s'est assis en face de nous avec ses trois écrans d'ordinateur autour de lui. Il est toujours très posé, très rassurant. Il m'a dit qu'une seule partie était disponible. Elle confirmait que je n'avais aucun cancer invasif dans mon sein. Je lui ai aussitôt demandé "Et in-situ?". Il semblait surpris de ma demande. Je ne sais pas tout, je n'ai pas cette prétention. Il m'a expliqué que compte tenu de la réaction de cellules dans mon sein, il n'y avait pas de cancer in-situ, les analyses n'auraient pu confirmer qu'un invasif. Donc pas de cancer. Il a tout de même expliqué que sur un des prélèvements, sur 1mm, le biologiste lui avait signalé la présence d'une mastose et lui avait demandé si j'avais eu des rayons. Sauvée, j'ai bien eu des rayons. Aucune cellule analysée n'était suspecte et ne pouvait devenir suspecte. Il m'a dit que dès qu'il aurait l'ensemble des résultats, il me ferait un courrier ainsi qu'à ma gynéco et qu'on continuerait comme prévu. Je ne revenais le voir que dans un an .

joie_de_vivre

J'étais très très heureuse. Ma mère aussi. Je me sentais beaucoup plus légère.

Nous sommes ressorties de là, envoi de texto aux proches et direction la voiture. Nous avons trinquer à notre santé aussitôt arrivées chez moi avec mon mari, mon frère, son amie. Mon mari était au moins autant soulagé que moi. Il était tellement angoissé et craignait tant pour moi, pour mon devenir.
Mes copines m'amènent au resto mardi soir fêter ça. Je les ai invitées à passer d'abord chez moi, on ouvrira une autre bouteille de champagne.

Non seulement on fête cette super bonne nouvelle mais on va aussi boire à mon année supplémentaire de rémission. Voilà, ça y est, ça fait 5 ans que je survis à un cancer métastasé au foie. Je suis toujours en rémission, toujours sous herceptine toutes les trois semaines. Tranquille pour un an en ce qui concerne mes seins. Hé oui, dans un mois, c'est le foie qu'on passe au crible, enfin tout l'abdomen. C'est qu'il n'aime pas que je l'oublie complètement ce cancer mais la cohabitation ne se passe pas trop mal, pourvu que ça dure...


Suite de l'histoire :

Et c'est reparti pour un tour...

Compte à rebours enclenché : J - 3 semaines


Commentaires

    J'avais découvert ton blog la semaine dernière via Hellocoton (et je ne sais plus exactement comment) : je reviens aujourd'hui pour lire la bonne nouvelle et même si on ne se connaît pas, je suis contente pour toi, cette maladie étant terrible, toute victoire contre elle est bénéfique ! je te souhaite de continuer ainsi !! et je comprends l'angoisse des résultats, l'attente, je l'ai vécue aussi pour une autre maladie et ça n'est pas drôle ! Bon courage à toi !

    Posté par Anne-Lise F., jeudi 14 avril 2011 à 22:18
  • Moi aussi je t'ai découverte depuis peu et je suis impressionnée par ton courage devant tant de tortures, alors oui tu nous dis que de toutes façons tu n'as pas le choix et tu es prête à tout pour vivre, c'est vrai, tu as raison mais j'admire tout de même ta gniaque pour cela... et je partage ton soulagement et ton bonheur, happy !

    Posté par laurence, vendredi 15 avril 2011 à 08:54
  • Yeeeeeeeepaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!! Oh comme je suis heureuse aujourd'hui!

    Posté par Mirontaine, vendredi 15 avril 2011 à 09:28
  • Que je suis heureuse pour toi Isabelle.
    Que je comprends ta maman!!!
    Ce qu'elle t'as dit, c'est exactement ce que je voudrais entendre de la part de mes filles lorsqu'elles ont un gros problème.
    Drôle de coïncidence, je vais avoir une petite voiture rouge neuve.
    Je t'embrasse.

    Posté par paule, vendredi 15 avril 2011 à 10:01
  • Depuis 3 jours j'ai découvert ton site, et c'est vrai j'attendais avec impatience cette merveilleuse nouvelle...... Je trouve que tu es formidable, tu as un moral d'acier,je suis entrée dans ta vie comme ça, juste en voulant avoir des renseignements sur une mammo classée ACR3,( je ne m'inquiète pas vraiment... car mon gyné m'a rassuré, je refais une écho de contôle en juin) et tu vois depuis, je pense à toi à ton courage à ton entourage très présent.... Tu as la force de te battre sans baisser les bras, c'est vraiment incroyable.....Tu es exceptionnelle, je te souhaite tout le bonheur du monde, tu le mérites... grace à toi j'ai moins peur d'aller faire mon contôle au mois de juin. A bientôt... avec de bonnes nouvelles

    Posté par Sonia, vendredi 15 avril 2011 à 10:14
  • I feel good !

    Trop d'la balle !
    5 ans : un sacré cap... de Bonnespérance
    Méli

    Posté par Méli, vendredi 15 avril 2011 à 13:51
  • Youpiiiii !!!!!

    Tu vas fêter ça j'espère

    Posté par Tili, vendredi 15 avril 2011 à 15:25
  • belle nouvelle!

    Je suis aussi très heureuse pour toi!!!C'est un pied de nez au cancer, c'est la victoire de la vie, c'est l'espoir pour celles qui viennent d'apprendre qu'elles sont "victimes" à leur tour...(je pense à la nounou de mes enfants quand ils étaient petits, elle doit être en salle de réveil à cette heure...)
    Ce soir, je boirai un p'tit coup à ta santé!!!
    Bon WE!
    Biquette

    Posté par biquette, vendredi 15 avril 2011 à 15:56
  • Suis moi....

    On continue comme ça ? tu me suis ?...la voie est libre vers (au moins) les 3 prochaines années...bip-bip (du coyote)!!!

    Posté par missmaryflo, vendredi 15 avril 2011 à 18:52
  • CHAMPAGNE !!!!!!!!

    Posté par françoise, vendredi 15 avril 2011 à 20:53
  • yesssssss!!

    Excellent! j'imagine (et partage) ton soulagement. La bise!

    Posté par Cathie, samedi 16 avril 2011 à 06:28
  • Magnifique!!!

    Posté par Anne, samedi 16 avril 2011 à 08:19
  • trop contente pour toi

    Espère que le poignet de J est au mieux et suis vraiment contente pour toi et partage ton soulagement

    Posté par CROYONSY, dimanche 17 avril 2011 à 20:51
  • Ouf! J'imagine ce cri de soulagement!

    Que viva la vida!

    Posté par chartres, dimanche 17 avril 2011 à 22:17
  • la joie

    ouf consoeur, bravissimo et en route pour la suite! bise du Québec!

    Posté par princesse rebell, mardi 19 avril 2011 à 03:08
  • bravo

    Isabelle

    je suis ravie pour vous c'est une excellente nouvelle
    a bientot nallie

    Posté par nallie, dimanche 24 avril 2011 à 07:26
  • Allez, je trinque avec toi..Ca fait pour moi aussi 5 ans passés de quelques mois..Mais mon diagnostic était moins mauvais que le tien (si dans le cancer, on peut parler de moins mauvais)..Et pis, tu es plus jeune que moi....La preuve, je vais commenter ton dernier article..
    Que d'angoisse, de stress !....C'est le stress qui va finir par nous tuer....Heureusement, tu as trouvé les bonnes parades pour y rémédier...

    Posté par juju, jeudi 28 avril 2011 à 12:48

Poster un commentaire