La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

samedi 16 avril 2011

Contrecoup

Pendant ces 10 jours en suspens, j'ai mobilisé toute mon énergie pour vivre au jour le jour, me concentrant sur l'instant présent en évitant autant que possible de me laisser envahir par l'angoisse et la peur, histoire de ne pas laisser passer du temps précieux s'écouler entre mes doigts sans que j'en profite pleinement. J'y suis assez bien arrivée. Après l'annonce du radiologue vécue comme une véritable libération salvatrice, j'ai pu baisser la garde et c'est alors que mon corps et mon esprit ont pu se relâcher.

Vendredi matin, lendemain de l'annonce, en me levant, j'ai senti que j'étais irritable, un rien m'énervait sans raison particulière. Plus la journée avançait, plus je me sentais fatiguée, épuisée. Je tombais de sommeil. J'évacuais enfin ces tensions accumulées. Elles étaient de taille, la décrue était conséquente. J'avais besoin de repos pour refaire le plein d'énergie. Hier soir, je suis allée me coucher tôt, j'ai dormi 10H et j'ai pu me lever fraîche et dispo mais je sens que mes nerfs sont encore à vif, qu'il faudra un peu de temps pour retrouver une plus grande sérénité. Mon mari vit un peu la même chose. Il était très angoissé par ces résultats. Lui aussi décompresse et comme moi, il est très irritable. Nous en avons discuté, nous en avons conscience, il ne reste plus qu'à faire des efforts pour arriver à nous maîtriser et à arriver à reprendre notre vie là où elle en était avant ce contrôle, sans se crêper le chignon. Le cancer fait toujours plus de dégâts qu'on ne croit et pas uniquement physiquement. Il faut être très vigilant pour ne pas le laisser prendre le contrôle de notre vie et reprendre le dessus. Maintenant que s'éloigne à nouveau cette épée de Damoclès, nous allons à nouveau tenter de retrouver notre zenitude.

galets

Ma fille aînée J. m'a un peu compliquée la tâche. Hier après-midi, à l'école, en tentant de renvoyer un ballon, elle est tombée dans des escaliers, s'est mal rattrapée et son poignet gauche (elle est droitière) a heurté violemment le bord de la marche. L'infirmière de l'école s'est occupée d'elle mais elle pensait que nous serions amenés à une consultation auprès d'un médecin. Je n'ai vue J. que le soir, le vendredi comme le mardi, je termine assez tard, 18H. J'ai bien vu qu'elle avait une bonne inflammation du poignet qui lui faisait très mal si elle essayait de le bouger. Je lui ai donné un advil, j'ai appliqué une pommade anti-inflammatoire et je l'ai envoyée se coucher en attendant ce matin pour voir l'évolution. Ce matin, elle avait toujours autant mal, très mal si elle essayait de faire le moindre geste avec son poignet. Il ne me restait plus qu'à m'armer de patience et à repartir m'asseoir quelques heures sur une chaise dans une salle d'attente. Nous sommes allées à l'hôpital lyonnais pour enfants. Je pensais qu'une radio était nécessaire et c'était l'endroit approprié un samedi matin. Finalement nous y sommes restées 4H et nous sommes ressorties de là avec une bonne nouvelle, rien de cassé, une entorse du poignet nécessitant une attelle pendant trois semaines. Elle part vendredi prochain, jour des vacances scolaires à Lyon, pour une semaine à l'Ile d'Elbe avec les scouts. Un plâtre aurait certainement compromis ses vacances italiennes. Avec une attelle, aucun problème, ils la prennent avec eux. Elle doit aimer faire les camps scouts avec des attelles. Pendant celui de l'été dernier, le premier jour, elle s'était faite une entorse au pied et avait dû porter une attelle pendant tout le camp.

Ce que j'avais beaucoup de mal à gérer était mon devoir de retourner à l'hôpital. La semaine dernière, j'ai dû y passer mon lundi soir pour passer IRM, mammographie, échographie des deux seins et entendre le classement ACR4. J'ai dû revenir le vendredi midi pour la biopsie, une bonne quinzaine de prélèvements. Je suis ensuite revenue jeudi soir pour attendre l'annonce des résultats par le radiologue. J'ai déjà passé un peu trop de temps à mon goût en 10 jours dans un hôpital. L'idée de devoir y retourner ce matin, alors que je commence à décompresser m'était particulièrement hostile. Je n'avais vraiment pas du tout envie de devoir consacrer une partie de mon week-end à jouer à la patiente. Il s'agissait de ma fille mais c'était du pareil au même. Mon mari était d'astreinte, il devait travailler depuis chez nous, impossible pour lui de quitter son ordinateur. Je n'avais vraiment pas le choix. J'ai dû rempiler pour la chaise dans la salle d'attente.

chaisesattente

J'ai au moins un minime avantage sur les autres parents. Je viens avec tout ce qu'il faut, en grande habituée de l'attente en milieu hospitalier, DS, livres pour nous deux, ipod, casque, eau... mais j'aurais tellement préférée suivre le programme que je m'étais préparée et me tenir éloignée de toute salle d'attente au moins le temps d'avoir accusé le contrecoup des derniers évènements qui nous ont secoués.

Je suis en vacances en même temps que les enfants, dans une semaine. Enfin la première semaine, je passe un week-end pascal prolongé à la montagne puisque je dois être à Lyon le jeudi pour ma perfusion d'herceptine. La seconde semaine, pour débuter le mois de mai, nous partons en Espagne tous les quatre. Voilà qui devrait nous permettre de décompresser complètement. Restera juste J. avec son attelle mais ce n'est pas bien grave, elle finira peut-être par faire davantage attention à elle.


Commentaires

Poster un commentaire