La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

jeudi 19 mai 2011

40 ans : j'y suis arrivée

Lorsque j'ai appris que j'avais un cancer métastasé en 2006, survivre 5 ans était mon premier objectif. Il me semblait difficile à réaliser avec ce cancer agressif qui avait déjà envahi un organe vital, le foie, et me grignotait de l'intérieur.

Mes filles avaient 4 ans et 15 mois, je me disais que dans 5 ans, si j'y parvenais, elles auraient 9 et 6 ans, encore si petites mais tellement plus grandes qu'au moment du diagnostic. Au moins elles auraient un âge où il leur resterait quelques souvenirs de moi. Parce qu'avant 4 ans, je n'ai aucun souvenir. Ça commence vers 5 ans et davantage ensuite avec l'entrée au primaire. Je voulais que mes filles aient au moins une trace de leur maman en mémoire, pas que des photos, des enregistrements mais des souvenirs personnels, vivants. Je trouvais ça terrifiant de les avoir mises au monde, les avoir aimées et mourir sans qu'il ne leur reste rien de leur maman, absolument rien, le néant. C'était ce qui m'était le plus insupportable à imaginer lorsqu'on m'a assené toutes ces mauvaises nouvelles.

Lorsque mon mari C. a eu 40 ans, voici deux ans, j'ai organisé une grande fête à cette occasion en me demandant si j'aurais la chance moi aussi de fêter ce cap avec cette saleté de cancer sommeillant en moi. Je n'en étais pas certaine du tout, le cancer est tellement imprévisible.
Dimanche dernier, c'est devenu réalité. J'ai eu 40 ans.

ballon40_ans

J'ai pu me dire "j'ai 40 ans" en ressentant une immense satisfaction, celle d'avoir réussi à survivre 5 ans en rémission. Lorsque des femmes m'ont demandé "Alors, pas trop dur ce passage à la quarantaine ?". J'ai du mal à leur faire comprendre qu'au contraire, je le vis avec un immense bonheur. Pour moi vieillir n'est pas une malédiction, c'est ce à quoi j'aspire de tout mon être. Je veux savourer chaque année de plus, je veux être là avec mes proches et contempler mon gâteau orné d'une bougie de plus. Elle symbolise tellement cette bougie, cette année de plus. Je me sens privilégiée d'avoir pu vieillir. Je pense à toutes ces mamans parties bien trop tôt. Elles avaient ce point commun avec moi, elles n'avaient pas spécialement peur de la mort, elles n'avaient qu'une obsession en tête, leurs enfants devenant des orphelins privés d'une maman. Cette pensée est ce qu'il y a de plus intolérable en tant que mère.

Ce blog d'ailleurs résulte en partie de cette terreur. Imaginer mes filles sans aucun souvenir de moi était tellement effroyable que je me suis dit qu'au moins un jour, elles pourront venir me lire, ici. Elles auront une trace de moi, autre que par des intermédiaires.

Je voulais faire une grande fête pour mes 40 ans, et puis finalement je n'en ai plus le désir. J'ai été gâtée, cette année, mon anniversaire était un dimanche. J'ai pu en profiter pleinement avec mes proches. Mon plus beau cadeau était d'être avec eux.

Évidemment me vient maintenant à l'esprit la prochaine étape. 50 ans me semble encore plus hypothétique que 40, beaucoup plus improbable à atteindre. Florence continue à tracer la route, 8 ans de survie avec herceptine, toujours en rémission complète. Mais hélas plusieurs ont fait des récidives cette année malgré herceptine, malgré des années en rémission. Je sais que je ne suis pas à l'abri de ce cancer.

Lorsque j'ai appris que mon père âgé de 55 ans avait un cancer incurable, qu'il était condamné. Je n'arrêtais pas de me répéter, que c'était injuste, que 55 ans, c'était bien trop jeune pour mourir. Lorsque j'ai appris à 34 ans mon cancer. Je me suis dit que finalement j'aimerais tant atteindre 55 ans mais ça serait tellement inespéré.

Au lieu de me fixer 50 ans comme prochain objectif, je vais déjà viser 45. Ça serait déjà pas mal si j'y arrive. Mes filles auraient alors 14 et 11 ans. Être à leur côté jusqu'au début de l'adolescence serait tellement merveilleux.

Je vis chaque année supplémentaire comme un privilège inouï dont j'ai pu bénéficier. Ce que je redoute est de mourir prématurément, pas de devenir une petite vieille. J'ai tellement de projets, j'aime tellement la vie et je voudrais tant être présente dans tous les moments clés de l'existence de mes filles tant qu'elles ont besoin de moi. Comme le mois de mai est très fertile en anniversaires, je souhaite à tous ceux qui ont la chance d'avoir pris une année de plus un très joyeux anniversaire plein d'amour.

40_ans_love

 


Commentaires

    Un très joyeux anniversaire (en retard) alors, et je t'en souhaite encore des dizaines d'autres !

    Posté par Poum, jeudi 19 mai 2011 à 16:46
  • j'ai eu le même sentiment que toi il y a 10 ans. mes enfants avaient 4 et 7 ans et dans 5 jours je vais fêter les 18 ans de mon fils ! C'est un immense bonheur d'avoir pu le voir grandir et d'être là pour son entrée dans l'âge adulte. c'était inespéré et moi aussi je regarde les prochaines années non pas comme des rides supplémentaires mais comme la chance de voir grandir encore mes deux petits bouts. Alors Isabelle, je te souhaite non pas 5, pas 10 mais 50 ans de vie pour que tu deviennes une grand mère puis une arrière grand mère comblée.... je t'embrasse fort fort et encore Happy birthday ma belle !

    Posté par catherine, jeudi 19 mai 2011 à 17:34
  • je ne suis pas du genre à poster mais là ... tu m'as émue à un plus haut point ! j'ai eu exactement les mêmes pensées ! tu écris merveilleusement bien . je te souhaite également, en retard, un très joyeux anniversaire !!!

    Posté par laure, jeudi 19 mai 2011 à 17:44
  • Je te souhaite que chaque journée soit plus belle que la veille.

    Posté par Névrosia, jeudi 19 mai 2011 à 18:38
  • C'est fort en 'chocolat' ton dernier post, ouah tant d'émotion en te lisant et tellement intime et juste Isabelle.
    J'ai envie de te souhaiter bien sur encore plein d'anniversaires Joyeux et de belles rides
    Comment certains peuvent ils se plaindre de vieillir. Au lieu de dépenser leur temps et leur argent dans des remèdes miracles ils feraient mieux de te lire

    Posté par marie, jeudi 19 mai 2011 à 23:59
  • Pour toi encore plein de belles années, pour toi biensûr, mais aussi pour l'espoir énorme que tu représentes.
    Je me souviens du jour de mes 40 ans, sous la perruque, en pleine chimio. Oh lala, j'en menais pas large, et oui, prendre des cheveux blancs, on veut bien Heu, enfin, je dis ça mais encore un peu de sursis tout-de-même, hein !
    Plein de bisous
    Méli

    Posté par Méli, vendredi 20 mai 2011 à 09:36
  • Voeux de vieillesse

    Bon anniv' Isabelle et surtout tous mes voeux de vieillesse, sincèrement ! Je t'embrasse fort, splendide post !!

    Posté par Cathie, mardi 24 mai 2011 à 09:05
  • tellement juste.

    Bonjour isabelle
    juste quelques mots pour vous souhaiter un magnifique anniversaire. J'avais déjà repéré votre histoire sur le site, et votre blog formidable. Mais cette fois, ce que vous écrivez fait tellement echo en moi qu'il m'était impossible de ne pas vous le dire. Jamais je n'ai lu quelque chose d'aussi vrai sur l'âge, les enfants, le cancer, et le bonheur du temps qui passe... Avec toutes mon amitié. Je vous, je nous souhaite des décénies d'anniversaire!

    Posté par lou, mardi 24 mai 2011 à 11:27
  • Très bon 40ème anniversaire, en t'en souhaitant bien sûr plein d'autres. Merci aussi de me remettre à ma place, quand j'explique que j'ai "mal vécu" mes 40 ans et que depuis je ne veux plus compter, cela semble si ridicule par rapport à ton combat...

    Posté par laurence, mardi 24 mai 2011 à 15:16
  • tous mes voeux pour cette nouvelle étape : 40 ans c'est un si bel âge!
    j'arrive un peu en retard pour te souhaiter un bon anniversaire, j'ai une excuse: mmon fils s'est marié à Toulouse (nous habitons en Lorraine) samedi 21 mai; quel bonheur d'être tjs là pour voir nos enfants grandir, mener leur vie...
    amicales pensées, Biquette

    Posté par biquette, mercredi 25 mai 2011 à 23:08
  • Bon anniversaire

    ISabelle, avec encore plus de retard..40 ans, comme mon gendre, mes 1ers neveux...Ma fille a passé une mammo il y a 4 ans..J'avais insisté.

    Tout ce que tu racontes est si vrai...La peur de toutes les jeunes mamans malades, ce n'est pas de mourir, mais de ne pas laisser de souvenirs à leurs enfants..et de les abandonner..

    C'est vrai que les dates anniversaires comptent énormémant pour les gens malades..
    Un des meilleurs copains de mon fils a perdu sa mère d'un cancer du pancréas il y a 3 semaines..Elle a eu 3 ans de rémission..Elle a essayé d'en profiter un maximum..Elle "montait" souvent à Paris voir son fils unique et faire "la fête"...Elle avait 50 ans je crois.
    J'admire ces mères qui cachent leur désespoir, leur peur à leurs enfants, ne voulant leur laisser que des souvenirs d'une mère "bien portante" autant que faire se peut...
    J'ai perdu mon père à l'âge de 13 ans, âge où j'ai des souvenirs de lui...Les derniers n'avaient que 2 et 4 ans..Ils n'ont aucun souvenir et nous envient presque...
    A la suite du décès de mon père, j'avais une peur bleue.. finir à la DDASS et être séparée de mes frères et soeurs..Je contais les années qui passaient et nous amenaient tous vers l'âge adulte..

    Je te souhaite à l'avance une bonne fête...Que ce jour soit doux à ton coeur auprès de ta petite famille...

    ps : je crois que je vais te mettre en lien...Mes topines essentielles pourront venir directement chez toi...Je vais le dire à quelqu'unes...Je ne sais pas si elles viennent ici discrètement..
    En attendant, rendez-vous dans 5 ans..

    Posté par juliette03, samedi 28 mai 2011 à 14:07

Poster un commentaire