La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

samedi 29 octobre 2011

Mes ailes de papillon

Un matin de ces vacances de Toussaint, alors que nous étions en famille, à la montagne, à traîner paresseusement le matin après le petit déjeuner, E., 6 ans et demi, est venue s'asseoir à mes côtés, sur le canapé, pour me faire un câlin.
Alors qu'elle se blottissait contre moi, elle m'annonce :
"Je suis contente, Maman, que tu ne sois pas morte à cause de ton cancer du sein. J'aurais été triste si tu était morte, tu me manquerais beaucoup".
Elle me demande alors si moi aussi je suis heureuse de ne pas être morte.
Évidemment j'acquiesce et j'ajoute :
"Je suis bien contente que mes médecins aient réussi à me soigner". Elle me répond :
"Moi aussi, je suis contente que tes médecins t'aient guérie".
Petite pause de silence et elle déclare :
"Je veux être médecin quand je serai grande".

Voilà comment naissent des vocations...

A 6 ans et demi, mon cancer, notre vécu familial à travers cette épreuve, lui ont apporté une grande maturité sur la vie et la mort, sur l'importance de la médecine et des traitements.
Elle sait parfaitement que mes perfusions, toutes les trois semaines, ont pour objectif de me maintenir en vie et d'empêcher ce cancer de revenir et de lui ravir sa maman.
J'étais émue par ces paroles, un vrai cri du coeur de ma petite chérie. J'étais heureuse qu'elle arrive à verbaliser ce qu'elle devait ressentir au fond d'elle-même depuis si longtemps. Elle n'avait que 15 mois lorsque ce cancer métastasé a été diagnostiqué, j'ai eu tellement peur de la laisser sans aucun souvenir personnel de moi à cause de son trop jeune âge. J'en étais pétrifiée de douleur rien qu'en osant y penser.

Rien ne pourra me faire plus plaisir que de la voir un jour sauver des vies. Comme tous les enfants confrontés trop tôt à la mort, à la terrible crainte de perdre un être cher, son empathie en sera marquée à tout jamais, elle exprimera une grande humanité envers tous ceux qui auront ces angoisses que nous avons connues tous les quatre.
Je sais que mes deux filles auront cette beauté d'âme qui leur permettra d'accueillir avec générosité, simplicité et chaleur les personnes en souffrance, trop de similitude avec notre histoire.
Mes filles se sont construites sur mon cancer, sur cette vie en suspens que je croque à pleines dents. Je leur ai appris à profiter de tous les petits bonheurs qui se présentent dans une journée, à ne surtout pas les laisser filer sans en savourer leur valeur.

Une journée de vacances commence toujours pour moi par un gros câlin à mes trois chéris. Elles adorent quand nous faisons le papillon et me le réclament souvent. Je suis le corps du papillon et elles sont mes deux ailes sans lesquelles je ne peux pas voler. Elles se collent chacune contre l'un de mes flancs. Je passe un bras sous chacune d'elles en les serrant bien contre moi et je les soulève légèrement vers moi, "je bats des ailes". J'accompagne ces mouvements de petites pressions sur leurs bustes, sous leurs bras, des chatouilles qu'elles adorent, elles en pleurent de rire et moi aussi. Ce sont des moments de pur bonheur, rien de mieux pour commencer une journée en savourant le plaisir d'être réunis.

papillontransparent

Posté par IsabelleDeLyon à 16:36 - Cancer : mes proches - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

Commentaires

    Magnifique

    Comme ton témoignage est beau Isabelle et touchant j'aime cette expression mes filles sont mes deux ailes de Papillon.....Tu m'as fortement émue moi ta "sœur" de combat puisque sous traitement identique au tien....et comme toi mes deux filles bien que plus âgées 25 et 21 ans sont ma force aussi...Sincèrement Françoise...

    Posté par Fanoudu84, samedi 29 octobre 2011 à 17:28
  • très beau et émouvant

    Posté par MARIELEA, dimanche 30 octobre 2011 à 18:39
  • J'adore !!!!!

    Tout simplement , je te lis depuis très longtemps sans intervenir , ce que tu décris me touche tout particulièrement , les enfants sont notre force et tu en parles joliement !

    Posté par Framboise, dimanche 30 octobre 2011 à 21:51
  • Je suis très touchée par ce billet. Mon fils a pratiquement le même âge que ta fille, il avait trois ans et demi. Il évoque parfois mes faux cheveux mais ne connaît pas le mot cancer.
    Ce sujet m'interpelle tant que j'ai choisi de travailler sur la littérature jeunesse face à la mort dans un projet d'études littéraires.
    Je t'embrasse Isa et profitez de ces belles vacances entre papillons.

    Posté par Paola, lundi 31 octobre 2011 à 13:23
  • super

    Il est super ton blog; je te le dis pour avoir accompagné pendant 13 ans une amie très chère, comme toi RB2++, mais qui n'a pas eu ta chance. Il faut dire qu'à l'âge de 7 ans un pédiatre fou lui avait fait prendre des oestrogènes pendant un an. Résultat une sclérose en plaques, et ce foutu cancer dont elle ne pouvait pas sortir en rémission vu les condition. Mais elle aussi avait la gniaque et tu peux voir sur le site que lui ai consacré ses tableaux et des morceaux de textes écrits par elle. En plus métastasée aux os, elle, elle était allergique aux morphiniques et prenait de l'advil pour ses douleurs.... Bon courage à toi.

    Posté par sitelle, lundi 31 octobre 2011 à 17:16
  • Cette image du papillon est magnifique, quelle joie de savoir apprécier les petits moments de la vie et d'élever ses enfants dans ce bonheur
    Je vous en souhaite beaucoup beaucoup

    Et pour répondre à ta question de l'autre jour, sur mon blog, ce sera le 17 que je serai opérée à Charcot

    Posté par Tili, mardi 1 novembre 2011 à 15:23
  • Sublime ce papillon, j'en ai jamais vu d'aussi joli.

    Posté par maigrir, jeudi 3 novembre 2011 à 07:09
  • juste pour le retrolien

    Je t'embrasse bien fort.

    Posté par sitelle, samedi 19 novembre 2011 à 13:03
  • Super ton papillon j'adore !

    Posté par iPhone, vendredi 16 décembre 2011 à 16:56
  • Un enfant c'est pur

    Superbe ton histoire avec tes filles, et j'aurais peut-être eu plus de chance de recevoir de l'amour de ma fille si j'avais eu ce cancer lorsqu'elle était plus jeune.

    Bien sûr j'aurais souhaité ne jamais avoir le cancer. À l'âge de tes filles, c'est tellement naturel leurs mots, ce qu'elles pensent et expriment. Ma fille s'est refermée comme une huître et ne parle jamais de la peur de me perdre
    où de quoi que ce soit et ça me peine énormément. Mon impression est qu'elle ferme la porte à la maladie et à la mort qui peut s'en suivre. J'aimerais tant avoir une discussion sérieuse avec elle afin qu'elle puisse exprimer ce qu'elle garde en dedans.

    Profites de tes filles et savoure chaque instant avec elle, c'est de l'amour à l'état pur.

    Bisous, France

    Posté par bfrance, mardi 27 décembre 2011 à 18:53

Poster un commentaire