La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

mardi 28 février 2012

Jour de carence : suite

Je vous avais exprimé ma colère en apprenant l'institution d'un jour de carence dans la fonction publique ici. Cet article avait même été modéré par Le Post en étant tout simplement interdit de publication. Malgré mes demandes d'explications, je n'en ai jamais eues.

Je tiens à préciser que je suis opposée à toute atteinte à notre protection sociale mais comme nous sommes en période de crise, j'ai le sentiment qu'on profite de ces annonces de rigueur pour rogner nos avantages sociaux. Je ne suis absolument pas envieuse du statut des travailleurs d'Alsace-Lorraine qui ne connaissent toujours pas de jour de carence, je veux la même chose. Je suis par contre atterrée par la situation des professions libérales en cas de maladie, ils ont bien plus que 3 jours de carence. Mon infirmière par exemple m'expliquait qu'elle avait 15 jours de carence. Jamais je n'accepterai de me contenter de moins parce que d'autres ont moins. Je préfère penser qu'on mérite tous d'être soignés sans devoir être pénalisés financièrement sous prétexte que certains abusent. D'ailleurs je vois davantage de gens consciencieux autour de moi que de profiteurs. Si un médecin prescrit des jours d'arrêt, c'est bien qu'il estime que c'est nécessaire. Que ce soit pour nous permettre de nous reposer ou pour éviter de propager nos microbes à nos collègues.

carence

Si l'Etat payait tous ses arriérés de cotisations sociales à la sécu, il aurait moins besoin de trouver comment rattraper ce déficit dans les comptes et de taper sur les malades pour renflouer les comptes. Lire ici et . Extrait d'un bilan du Sénat : "Le maintien d'une dette élevée de l'Etat envers la sécurité sociale reflète notamment l'habitude prise par les gouvernements successifs de faire financer une partie de leur politique de l'emploi par la sécurité sociale". L'exonération de charges sociales pour certaines entreprises est un cadeau de l'Etat. Il doit tout de même les reverser à la sécu. Ce n'est pas à elle de faire des cadeaux aux entreprises, or l'Etat ne suit pas et la dette augmente, le trou de la sécu aussi et finalement, on trouve de l'argent en remboursant moins le malade. c'est lui au final qui finance la politique de l'emploi. Une totale aberration !

Je suis fonctionnaire aussi je bénéficiais jusqu'au 31/12/2011 d'arrêts maladie intégralement payés, à condition de ne pas être arrêtée plus de 3 mois sur une année. La loi instaurant un jour de carence pour les fonctionnaires entrait en vigueur au 1er janvier 2012. Comme la paye se fait par des logiciels informatiques et qu'on ne modifie par leurs programmes par un vote, dans mon administration comme partout ailleurs, lorsqu'un gestionnaire saisit, sur un dossier, un arrêt maladie, la paye n'en est toujours pas affectée.

Je travaille dans l'informatique. Justement j'administre cette usine à gaz qui gère tout le personnel de cette administration et je voyais bien que rien ne venait. Je guettais.

Pendant les vacances de février, branle-bas de combat. La mise à jour de notre super application n'interviendra pas avant juin pour gérer automatiquement les retenues sur la paye pour chaque arrêt maladie initial. Aussi, il est demandé aux gestionnaires de procéder manuellement à cette retenue. Il a fallu sortir une belle requête pour lister tous les agents ayant bénéficié d'un arrêt maladie initial depuis le 1er janvier 2012. Il est pour le moment accordé un délai de seulement 48H au maximum entre deux arrêts pour faire considérer l'arrêt suivant comme une prolongation exempt de jour de carence. L'objectif est de faire les retenues au fur et à mesure, avant la fameuse mise à jour informatique, et de ne pas attendre que les jours de carence se cumulent pour certaines personnes afin que la somme déduite ne soit pas trop douloureuse.

J'ai demandé à la responsable des opérations de retenues, mandatée par notre chef suprême, si les arrêts maladie pour ALD (affection longue durée dont le cancer) seraient traités à part, sans jour de carence. Il n'en est rien. Je m'en doutais bien. Lorsqu'on saisit dans notre logiciel un arrêt maladie, il n'existe pas de code permettant de différencier ceux pour ALD. Ils apparaissent comme tout arrêt maladie. Grippe, chimio, c'est du pareil au même.

Évidemment, des demandes arrivent. Elles émanent de personnes comme moi, recevant des traitements chroniques et qui seront amputé de plus de 12 jours de salaire par an. Aucun texte n'est prévu pour ces cas particuliers. A voir éventuellement avec son DRH (chez nous, ça s'appelle un Secrétaire Général) s'il veut bien qu'on saisisse autre chose pour ces gens, dans leur dossier, qu'un arrêt maladie ordinaire sous le joli code M02 lié à un jour de carence mais un autre code qui ne fera pas intervenir de jour de carence. Si on regarde ce qui existe, il faudrait le code A04, autorisation d'absence sans perte de salaire. Tout est laissé à l'appréciation politique de notre hiérarchie.

Un député tout de même a posé la question à l'Assemblée Nationale et comme lui, j'attends et je guette la réponse.

Depuis le 1er janvier 2012, j'ai déjà eu 3 arrêts pour mes chimios. Je vais donc avoir 3 jours de retenue prochainement. Comme nous fonctionnons un mois en avance pour la paye, celle de mars est déjà bouclée, mes jours de carence seront déduits sur avril et d'ici-là, j'aurai encore eu d'autres perfusions, d'autres arrêts, d'autres jours de carence. La seule consolation est que nous sommes payés sur 30 jours et encore moi je suis à temps partiel, à 80%, aussi j'ignore quel est mon nombre de jours de référence, 26 jours (les 4 mercredis en moins) ou  80% de 30 jours soit 24 jours. Ce n'est pas possible, comme dans le privé, d'être en invalidité partielle pour utiliser ces jours dégagés pour se faire soigner. L'invalidité n'existe pas dans le statut du fonctionnaire, aucune pension ne peut être versée pour compléter un temps de travail diminué à cause de son état de santé. On montre toujours du doigt ce qui peut représenter un avantage pour ceux qui n'en bénéficient pas mais jamais l'inverse. Diviser pour mieux faire passer les lois évite d'avoir d'une opposition unie plus forte.

Je n'avais pas fait ce courrier que j'avais prévu d'écrire à ma hiérarchie. J'avais décidé d'attendre que ces fameuses retenues pointent le bout de leur nez pour réagir. Je vais donc demander l'immense faveur d'avoir le droit d'être soignée sans perte de salaire. Il me semblait pourtant que c'était un droit élémentaire. Le fameux plan cancer si médiatisé n'est décidément pas au point pour l'amélioration des conditions de vie du patient.

Je vous tiendrais au courant de la suite mais je ne suis pas optimiste sur ce coup-là. Même que je verrais bien un second jour de carence pointer son nez à la prochaine annonce de la crise, toujours sur le principe d'équité qui repose sur l'égalité des moindres avantages...


Le reste de l'histoire :

Au lieu d'un 2ème jour de solidarité, on gagne un jour de carence et un tour sur le ring

Jour de carence : épilogue en vue


Commentaires

    Isabelle, ton infirmière ne t'as pas donné de bonnes infos, nous c'est 90 jours avant de toucher nos indemnités journalières pour lesquelles nous cotisons par notre caisse de retraite. pour les autres carences 3, 15, ou plus c'est ce que nous avons "choisit" en prenant une assurance privée et autant dire qu'avec 90 jours de carences nous n'avons pas d'autres choix!!
    et au delà de 365 jours c'est une mise en invalidité temporaire

    Pour le reste je suis tout à fait ok avec ton article et nous ne devrions pas subir de délai de carences pour pouvoir nous faire soigner.
    D'ailleurs je ne sais pas en libéral comment cela se passerait, surement en prolongation car là nous avons un "benefice" ...... c'est pris en prolongation si l'arret arrive ds les 2 mois aprés la reprise, heureusement que ds ces cas là il ne faut pas attendre de nouveau 90 jours..... et mon chir qui me demandait si je voulaies reprendre entre la chir et les chimios!!!.. pas fou non il fallait que j'arrive d'abord à 90 jours!!

    Posté par Halize, mardi 28 février 2012 à 23:15
  • Pas content!

    Tout aussi concernée que toi, les mêmes causes ayant les mêmes effets.. et je suis tout aussi scandalisée.
    Finalement il faudra demander à notre hiérarchie de "tricher" si nous ne voulons pas être amputées d'un nombre conséquent de jours de salaire, et au passage, faire étalage de notre santé. Cela ne sera pas accepté partout et conduira à un traitement inégalitaire.
    De plus, comme le dit Halize, cette mesure est une incitation à prolonger les arrêts maladie plutôt que de faire l'effort de revenir entre deux soins ou deux crises. Certes la situation en libéral est incomparablement pire, mais dans le salariat du secteur privé, les arrêts maladie dans le cadre des affections longue durée sont exclus des jours de carences, et pour les autres maladies, dans beaucoup de cas, ce jour est compensé par l'employeur.
    De plus, contrairement aux idées reçues, le nombre de jours de maladie dans la fonction publique d'état est quasiment équivalent à celui dans les grandes entreprises. On ne peut pas dire qu'il y ait plus d'abus dans l'une que dans les autres. En revanche il y a moins de jours d'arrêt dans les PME et plus dans la fonction publique territoriale, mais je doute que l'instauration du jour de carence modifie la situation.
    J'ai saisi mon syndicat sur ce problème. J'attends la réponse.
    Bises

    Posté par beacaza, mercredi 29 février 2012 à 09:58
  • Avant 2012 lorsque mon médecin m’arrêtait, je lui demandais s'il voulait bien ne me mettre que peu de jours pour reprendre le travail plus tôt et voir comment ça va, je supportais pour manquer le moins longtemps possible parce qu’en temps qu’enseignante je pensais au suivi de mes élèves. Maintenant je vais penser à moi avant tout car puisqu'on se permet de m'enlever un jour de salaire alors je prendrais bien le temps de récupérer complètement pour ne pas être fragile face à toutes les petites maladies que les enfants peuvent transmettent, pour ne pas subir plusieurs arrêts courts. Conclusion : Grace à ce nouveau dispositif, je serais plus absente ( car plus longtemps )et mes élèves en seront pénalisés. Bravo au gouvernement !

    Posté par moun, mercredi 29 février 2012 à 11:30

Poster un commentaire