La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

mardi 11 janvier 2011

Je veux guérir comme toi

Assez régulièrement, des personnes touchées par le cancer me prennent à part pour me parler cancer. Il s'agit de femmes en général qui intercèdent auprès de moi pour un proche, une amie, une sœur, une mère. Des hommes dont la compagne vient d'apprendre qu'elle a un cancer du sein s'adressent à mon mari pour avoir des informations.
Je n'ai jamais pu cacher dans mon milieu professionnel que j'avais un cancer et que j'étais toujours sous traitement puisque je suis arrêtée toutes les trois semaines et que j'ai été absente sans certitude de retour pendant 18 mois. Mon mari était tellement effondré que tous ses collègues au sens très large savent ce que nous avons dû affronter.
Ils savent tous aussi que je vais bien aujourd'hui. Ils auraient même tendance à me considérer comme guérie et débordante d'énergie. Ils pensent tous que j'ai forcément des médecins extraordinaires, un traitement miraculeux et ils veulent la même chose pour la personne aimée touchée à son tour.
Ce matin encore, la secrétaire de notre division m'a enfermée avec elle dans son bureau, profitant de mon passage pour me réapprovisionner en bloc-notes afin de me parler d'une jeune femme qu'elle connaît, qui a un cancer du sein très moche selon ses termes. Elle est suivie au CLB. Comme elle vient de commencer sa première chimio, elle a peur, se sent perdue, seule et ma secrétaire lui a parlé de ma guérison miraculeuse due forcément à mon herceptine, à mon oncologue. Je suis obligatoirement mieux traitée, mieux soignée puisque j'ai toujours le sourire, toujours le moral, toujours pleine d'entrain et aucune cellule cancéreuse en vue.

Si c'était si simple... Même mon oncologue en rêve...

Je lui ai expliqué que le CLB était quand même ce qu'il y avait de top à Lyon, c'est le centre anti-cancer régionnal,  par conséquent son oncologue lui a administré la chimio la plus appropriée à son cancer. J'ai dû expliqué les différents récepteurs dans le sein, her2 doit être présent pour bénéficier d'herceptine. Elle ignorait tout ça, j'ai bien insisté qu'herceptine est inutile si elle n'est pas her2+++ mais de toute façon son médecin a fait le nécessaire.
Je lui ai tout de même communiqué les coordonnées de mon oncologue et de son collègue comme je l'ai fait la semaine dernière à un collègue de mon mari. Je lui ai dit qu'elle pouvait dire qu'elle venait de ma part, que si elle se sentait expédiée, pas en confiance avec son oncologue, il fallait qu'elle en change. J'ai ajouté qu'elle pouvait lui donner mon mail pour qu'elle échange avec moi si elle le désirait.

Je sais ce que cette femme vit en ce moment mais je sais aussi que chaque personne est unique et réagira différemment à ses traitements. Un cancer du sein bénin peut entraîner un décès, un cancer du sein métastatique comme le mien peut permettre de vivre encore quelques belles années. Rien n'est joué d'avance.

Je pense que j'ai eu l'immense chance d'être française, soignée en France, d'avoir une équipe médicale super compétente et réactive et d'avoir eu ce cancer juste après la découverte d'herceptine mais ça ne suffit pas pour être certain de s'en sortir.

Je suis assez souvent sollicitée pour ma connaissance du cancer et mon expérience de malade. Je me dis que ce n'est que rendre un peu ce que j'ai trouvé sur le net quand j'étais assommée de mauvaises nouvelles. Ça ne me dérange jamais. J'ai le sentiment que tout ce que j'ai vécu a au moins cette utilité, prouver qu'on peut surmonter un cancer métastatique et mener une vie normale et agréable, confirmer qu'herceptine est un traitement fabuleux. Un rôle de témoin qui m'apporte de réelles joies lorsque j'ai réussi à vous redonner espoir, à apaiser vos craintes.

main

J'espère que lorsque cette jeune femme lira le mail de ma secrétaire, ce soir. Elle se sentira un peu moins seule, un peu moins perdue dans ce monde hostile dans lequel elle vient de plonger.

Une petite chanson pour le pays des rêves

Posté par IsabelleDeLyon à 21:14 - A parcourir : ma Pensine - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    Coucou Isabelle
    C'est beau de soutenir les autres, celles qui arrivent, qui sont perdues dans la bataille. Je crois que dès qu'on pris du galon dans le cancer on est sollicitées et c'est normal au fond. Merci de savoir recevoir les autres.
    Enfin, parfois on n'a pas l'énergie, on n'a pas la force de tendre la main, ça arrive aussi.

    Posté par Tili, mardi 11 janvier 2011 à 23:00
  • D'abord tous mes meilleurs voeux, une bonne année, une bonne santé, enfin tout....
    C'est vrai que les gens qui ont eu un cancer sont plus sollicités par les autres malades ou proches de malades...
    Dans mon commerce, on vient me demander de mes nouvelles, même 5 ans après..Les gens paraissent très étonnés quand je leur dis que je vais bien..côté santé...Ils n'attendent que ça pour embrayer sur leur propre maladie ou la maladie de leur proche....Je suis contente quand je vois que je peux leur donner un petit espoir, un petit sourire....Ce n'est rien, mais, ça fait plaisir..
    Ca fait plaisir aussi de voir les copines avec un bon moral, en forme..Alors, ça rejaillit forcément sur les autres....Continue comme ça....Tu m'as l'air en bonne forme..Je passe de temps en temps te lire, via le blog de Paule ou Agsaka qui veut le fermer..Alors, je ne pourrai plus passer de temps en temps chez toi.

    Posté par juju, mercredi 12 janvier 2011 à 01:18
  • bonne année nouvelle!
    quand on a connu le cancer, on est capable de mieux comprendre ceux qui en sont atteints à leur tour.
    et comme on a l'air "bien", c'est rassurant pour eux!
    je vis cela aussi (depuis 8 ans presque!), et c'est tant mieux!
    embrassez fort vos petites fées pour moi...

    Posté par biquette, mercredi 12 janvier 2011 à 11:51
  • Garder espoir

    Je constate aussi par mon attitude que les gens
    sont heureux de voir que pour l'instant tout est stable. J'aurais aimé au tout début avoir des personnes avec qui échanger. C'est pour cela qu'en mai 2009 soit 4 mois après l'annonce de mon cancer et l'ablation du sein que j'ai décidé de faire un blog et c'est la plus belle chose qui peut arriver. On peut se confier et écouter celles qui entrent dans cet univers affolant. Mon courage les aident et leur courage me fait un bien énorme. Nous formons une petite famille. Et toi Isabelle tu en as traversé des étapes et tu es un exemple de courage également. Personne ne réagit de la même façon c'est bien vrai. Nous formons une petite famille

    Posté par france, mardi 18 janvier 2011 à 17:37
  • soigne

    je veux soigne en france

    Posté par saa, samedi 20 août 2011 à 00:59

Poster un commentaire