La Gniaque

Survivante d'un cancer du sein Her2 métastasé au foie en 2006, en rémission jusqu'en 2015 avec des chimios à vie. Je cherche à transmettre de l'espoir à travers mon expérience. Cliquez sur l'image, à gauche.

lundi 8 juin 2015

Récidive : J-7 avant le grand plongeon

J'ai mis quelques jours à prononcer ce mot que je redoutais depuis 9 ans : RÉCIDIVE.
J'ai fait l'autruche lorsque j'ai appris que la biopsie de mon sein gauche, l'amoché, révélait un cancer canalaire in-situ de grade modéré. J'ai préféré répéter les termes de mon oncologue "Pré-cancer".
C'est tellement moins effrayant "Pré-cancer" que "Récidive".
Et pourtant, un cancer dans le même sein 9 ans après le premier, ça s'appelle une récidive.

Alors effectivement :

  • Je n'ai pas de métastase (encore qu'on n'en ait pas cherché pour le moment),
  • Mon marqueur CA 15-3 est normal, le cancer ne voyagerait pas.
  • Il n'y a même pas de tumeur, justes des points épars autour de la cicatrice du premier cancer, une espèce de petite araignée autour du coeur de la cicatrice.
  • Il est classé in-situ mais sur la base de quelques prélèvements piochés dans mon sein et il y en a des cellules dans mon sein,  les plus vicieuses ont pu passer à la trappe !

Le radiologue m'avait un peu préparée à cette conclusion à partir des clichés de cette année, avant même d'avoir effectué la biopsie. Mais comme c'était ma sixième biopsie, je n'étais pas réellement plus inquiète que les autres fois, j'avais juste cette possibilité dans un coin de ma tête, comme à chaque fois.

Je m'étais rassurée comme j'avais pu en me disant :

  • si c'est cancéreux, ça doit être in-situ puisque ces points qui se réhaussent après l'IRM, ça fait trois ans qu'on les voit et que c'est seulement cette année que des micro-calcifications sont apparues en plus dans cette zone. Ces points avaient déjà été biopsiés deux fois, il y a trois et deux ans sans déceler de cancer. J'avais même eu droit à un passage au bloc voici 3 ans pour prélever la zone pour analyse et toujours pas de cellule cancéreuse.

    Florence a eu elle aussi un cancer in-situ trois ans après son cancer métastasé et sous traitement d'herceptine. Son oncologue a même voulu s'assurer que ces cellules cancéreuses restaient dans le sein et que les métastases étaient bien toujours sous contrôle d'herceptine. Il a laissé la tumeur in-situ grossir pour finalement lui enlever le sein sans trouver de métastases. C'était il y a 9 ans, je me dis que je suis son chemin. Pour moi aussi ça ne sera que du in-situ. Je pourrais après ces nouveaux traitements repartir tranquille pour plusieurs années. Enfin tranquille selon ma conception de ma vie depuis le cancer, avec herceptine toutes les trois semaines.
  • Si c'est in-situ, on va griller ces cellules et je vais pouvoir conserver mon sein.
  • Ma vie n'est pas en danger.

Sauf que ce sein a déjà été irradié voici neuf ans et on ne peut pas le refaire une seconde fois. La chimio n'est pas l'indication thérapeutique pour un in-situ.
Il ne reste qu'une seule option, la chirurgie et du lourd, une mastectomie. Le seul point positif si on peut dire, c'est qu'en l'absence de rayons, on peut procéder à une reconstruction immédiate. Je n'aurai pas à me réveiller avec une grande cicatrice sur du plat mais avec un petit volume. J'évite ainsi un passage au bloc.
J'ai tenté de préserver nos vacances familiales de cet été, histoire de ne pas perturber davantage notre équilibre. Nous partons tout le mois d'août à l'Ile Maurice, le pays de mon mari.
La gynécologue a précisé que c'était possible mais que ça signifiait une opération avant fin juin, il fallait bien un mois après l'opération, avant de pouvoir faire le voyage. Attendre mon retour, fin août, est trop éloigné et trop risqué. J'ai acquiescé. Tout s'est enchaîné, anesthésiste, visite au chirurgien plasticien, visite pour un second avis. Déjà que ça faisait trois semaines qu'on me faisait revenir chaque mercredi !
Je n'ai pas vraiment eu le choix du chirurgien plasticien, il en fallait un qui intervienne sur le même hôpital que ma gynéco puisqu'il va enchaîner à sa suite, dans le même bloc. J'ai de la chance, il est très bien. D'une façon général, cet hôpital privé sait s'entourer de personnes très compétentes.

Lundi prochain, le 15 juin 2015, je vais donc subir une mastectomie du sein gauche avec conservation de l'étui cutané (enfin, une bonne partie) mais sans le mammelon et l'aréole, suivie d'une reconstruction par grand dorsal. Il ne va pas me prendre tout le muscle, seulement un morceau qu'il va faire glisser dans la peau du sein avec les veines, artères et un peu de graisse pour reformer un volume.
Je vais avoir droit à une pompe à morphine pendant trois jours. Je resterai une semaine hospitalisée avec le drain et le redon. Je devrai porter un corset en élastoplane pour comprimer mon dos pendant un mois. Je n'aurai pas le droit de conduire pendant 2-3 semaines.

C'est du lourd, du douloureux, du long à se remettre, de la fatigue à traîner. Un moindre mal comme dit mon oncologue.

En parallèle, on n'arrête surtout pas herceptine. J'aurais même une perfusion pendant mon hospitalisation. Comme au bon vieux temps, je vais retourner dans la zone cancérologie. A un jour près, j'avais ma chimio le même jour que ma soeur. On aurait fait ça en famille.

Je vais être arrêtée deux mois. Comme c'est l'arrivée des vacances scolaires, le rythme soutenu de l'année fera place à plus de temps pour me reposer.
Mon mari a pris deux semaines à ma sortie de l'hôpital pour gérer le quotidien.
Mes filles sont beaucoup plus grandes et autonomes qu'il y a neuf ans. Elles n'avaient que 1 et 4 ans, elles ont 10 et 13 ans.
J'ai prévu de reprendre le travail le mardi 1er septembre comme les enfants.

Mais plus la date fatidique de l'opération approche, plus une question est au centre de mes préoccupations :
Et si on trouvait des cellules invasives dans l'analyse de ce sein, si ce n'était pas un in-situ mais un bien méchant encore une fois ?
Si la réponse est positive, je ne reprendrai pas le 1er septembre, ma vie sera complètement chamboulée encore une fois, chimios, contrôles, fatigue, angoisses et toujours angoisses....

Je ne le saurai que deux semaines après l'intervention. J'appréhende déjà ce moment.
J'ai mis tellement de temps à réapprendre à vivre en cohabitant avec ce cancer et tous les sacrifices qu'il demande. J'ai retrouvé un certain équilibre de vie. J'ai réussi à me refaire une place au travail.

J'ai aussi une autre grande inquiétude : Comment ai-je pu me retrouver avec un cancer alors que je suis toujours imbibée d'herceptine ? Est-ce que c'est le début d'une résistance au produit ? Est-ce que ces cellules cancéreuses ne sont pas her2+++ ?
Est-ce que je n'entre pas dans une spirale cancéreuse infernale ?

Autant vous dire que je ne dors pas très bien...

Ma mère et ma soeur s'inquiétaient sur le résultat de ma reconstruction qui va se faire en trois opérations. La seconde sera un lipomodelage pour augmenter le volume de ce sein, une diminution de l'autre sein et un alignement des deux. On va encore une fois piocher dans mes cuisses et mon ventre pour prendre la graisse nécessaire. La troisième opération sera du fignolage.
Lorsqu'elles ont vu des photos du résultat sur une autre patiente, elles ont été impressionnées par cette poitrine reconstituée.
Je savais qu'ils faisaient des merveilles et que ma poitrine reconstruite serait plutôt bien. Ce que je redoutais, c'était la fatigue et tout ce temps et toute cette énergie que je vais devoir consacrer à retrouver un corps alerte sans souffrance.

La fatigue est certainement l'effet secondaire qui me tient le plus souvent compagnie à mon grand regret.

Mes proches ont été secoué par cette annonce, les questions de mes filles ont évolué.
Ma soeur a eu son diagnostic de cancer du sein fin décembre 2014, elle a subi une tumorectomie, a eu 5 chimios, encore une dernière l'attend ainsi que des rayons, herceptine pendant un an et de l'hormonothérapie pendant 5 ans.
Avec son cancer, j'ai compris que d'autres cancers suivraient dans ma famille. Que c'était dans notre histoire familial, un bien triste héritage !
Mes filles seront suivies à partir de 25 ans.
Elles vont retourner faire un tour chez la psy du centre anti-cancer de Lyon d'ici fin juin. La plus grande l'a demandé, la cadette est d'accord pour la rencontrer. Elle m'a dit en sanglotant, réagissant à ce qui lui semblait une immense injustice : "Maman, ta vie est bien moche". Elles grandissent dans une vie cernée par le cancer, elles baignent dedans depuis leur enfance (lire ici, et encore ici). Impossible de les épargner autant que je voudrais.

J-7 avant le grand plongeon vers cet avenir incertain, ce grand inconnu.
De quoi va t-il être peuplé ?
de souffrances, d'angoisses, de réconfort, d'amour...

Et si on pouvait stopper l'engrenage à IN-SITU, rien de plus.
Me laisser me reconstruire, récupérer, repartir encore une fois avec un peu plus de cicatrices mais vivante et aimant toujours plus la vie et chaque année supplémentaire gagnée sur la maladie.

plongeon


Commentaires

    De tout coeur avec toi Isabelle. J'ai du mal à dire autre chose, les mots me manquent. Je croise les doigts. Plein de pensées +++ pour toi et tes proches.

    Posté par Mélilotus, lundi 8 juin 2015 à 22:35
  • comme Meli pas grand chose à dire. tout est écrit.
    avec toi dans cette nouvelle traversée et plein de chaudoudoux

    Posté par Halize, lundi 8 juin 2015 à 22:50
  • Et bien c'est injuste, je ne trouve pas d'autres mots .Bon courage pour les prochains jours.

    Posté par Ghis, lundi 8 juin 2015 à 23:51
  • J'espère te réconforter par mon témoignage: dès le début de ma maladie, alors que le médecin m'avait laissé le choix entre tumorectomie et mastectomie, j'ai osé poser la question de la récidive et demandé les stats pour faire un choix éclairé. Il n'y a pas eu beaucoup d'hésitation: j'ai choisi la mastectomie avec reconstruction immédiate. En "contrepartie", j'ai eu une préservation de l'étui cutané et du mamelon qui était indemne et à distance de ma tumeur. Je ne regrette pas un seul instant ce choix. Oui j'ai eu mal, mais tu verras que se réveiller d'une mastectomie avec un sein, certes reconstruit, mais un sein tout de même, cela vous remet dans les rails tout de suite. A J+15 de l'opération j'étais en maillot sur la plage... Courage pour les prochains jours.

    Posté par yuma, mardi 9 juin 2015 à 02:06
  • Bonjour,
    Cela fait 4 ans que je vous lis. Ma vie a basculé en 2011 avec ce cancer. J ai subi une mastectomie et je n ai pas fait de reconstruction. Chimio radiothérapie herceptine hormonothérapie.
    Le plus dur a été et reste le retour et la place au travail (MEN) : on ne me fait plus confiance et j ai au fil du temps perdu toute confiance en moi!
    C est dur . C est douloureux et angoissant!
    Mais je voulais vous remercier de partager en écrivant : ça fait du bien de vous lire.
    Je vous souhaite beaucoup de courage de la patience et beaucoup de moments heureux à venir avec votre famille.
    stella

    Posté par stella, mardi 9 juin 2015 à 09:07
  • Bonjour,
    Je suis aussi, depuis quelques temps. Je n'ai été que dans l'entourage du crabe, pas directement touchée.
    Plein de douceur à vous

    Posté par Zozostéo, mardi 9 juin 2015 à 11:01
  • Câlin et mots doux

    Chère Isabelle, je veux croire et c'est pratiquement certain me semble-t-il, que tu mets un terme à ce cancer in situ par la mastectomie, et aussi à toute récidive future dans ce sein. Merci de trouver l'énergie de relater tout cela ici. Je souhaite que les médicaments anti-douleur fassent leur travail et surtout que les médecins s'appliquent à te soulager complètement puisqu'ils disposent de la possibilité de le faire. Je me permets de trouver que ton retour au travail est très rapide, attention à un retour avec un résidu de fatigue... L'arrêt de travail peut se prolonger au-delà au besoin n'est-ce-pas? 🌎🌷💕câlins et mots doux à toi et à tes filles.

    Posté par Johanne Labbé, mardi 9 juin 2015 à 16:35
  • Courage

    Bonjour,
    Que de courage et de ténacité il faut pour lutter contre cette maladie. Tu as montré déjà tellement de volonté que l'on s'attend à nouveau à te voir battante et victorieuse dans cette nouvelle épreuve. L'amour des tiens et l'énergie que cela te procure sont de précieux trésors qui t'aideront à passer cette difficile étape.
    Les choses sont prises très en amont. Cette récidive sera vite jugulée. Je le souhaite de tout cœur.
    Bon courage à tes filles qui prennent une telle leçon de ténacité en te voyant te battre contre cette maladie, qu'elles ont maintenant en elles un modèle irremplaçable de volonté et de réactivité dans l'adversité.
    Bon courage à ton mari, précieux compagnon dans l'épreuve, qui doit affronter lui aussi l'angoisse et le stress.
    Bon courage à ta sœur, confrontée au cancer, et qui comprend mieux que quiconque maintenant ce que tu traverses.
    Bon courage à ta mère dont les deux filles sont atteintes de cette maladie, et qui doit tellement vouloir vous voir sortir gagnantes de ces traitements.
    Et tout le courage du monde à toi, qui donne tellement d'espoir aux malades comme moi par ton blog. Que nos messages te donnent en retour un peu de tout ce que tu donnes aux autres.
    Mes pensées les plus chaleureuses t'accompagnent sur ce chemin.

    Posté par Claire-St Cloud, mardi 9 juin 2015 à 17:16
  • Avec toi

    Bonjour Isabelle, je viens de lire ton billet.. je suis admirative de ton analyse claire de la situation. Je comprends et admire ta niaque pour le bien être de tes filles. Que d'épreuves ! Mais je suis certaine avec toi, que tu vas passer l'obstacle. Sache que tu n'es pas seule.. je sais que c'est peu, que tu te dis que c'est toi qui passe le cap et subit . oui, c'est vrai. dans la douleur et les difficultés nous sommes seul..mais être bien accompagné est un tel atout. Bises et bien avec toi. N’hesite pas à demander ce que nous pouvons faire.

    Posté par Marielea, mercredi 10 juin 2015 à 08:29
  • Bonjour Isabelle
    En 2012 quand le diagnostic de cancer est tombé, j'ai cherché sur Internet des sites, des blogs afin de sortir de l'isolement. J'ai puisé dans ton blog l'énergie que tu offrais au travers de tes mots justes, de tes doutes, de tes petits bonheurs. Alors aujourd'hui je t'envoie ce soutien et je souhaite que tu puisses sentir cette chaine d'énergie autour de toi Bises

    Posté par marie, mercredi 10 juin 2015 à 09:14
  • Fuerza !

    A mon tour de laisser un commentaire sur ton blog, puisque tu viens de le faire sur le mien (LES CRABES DANSENT AU CROISIC, tu te souviens ?)
    A mon tour de t'écrire que j'ai moi aussi connu les jours qui précèdent cette opération terrible, le questionnement et les doutes qu'elle engendre. J'ai, comme toi, eu à encaisser plusieurs saloperies de haut vol, quelques substances atroces aux conséquences tout aussi atroces. Mais la mastectomie, la mastectomie...
    Que te dire, si ce n'est que je te souhaite de passer bien vite à "l'après", de savourer Maurice et tous les voyages qui suivront et de retrouver l'équilibre d'avant avec ton homme et tes 2 filles.
    Je t'embrasse.

    Posté par Catherine, mercredi 10 juin 2015 à 16:17
  • On ne se connaît pas et c'est mon premier passage ici mais je suis de tout cœur avec toi. Ton texte est très touchant.
    Bises

    Posté par Virginie, jeudi 11 juin 2015 à 05:54
  • On ne se connaît pas et c'est mon premier passage ici mais je suis de tout cœur avec toi. Ton texte est très touchant.
    Bises

    Posté par Virginie, jeudi 11 juin 2015 à 05:55
  • On ne se connaît pas et c'est mon premier passage ici mais je suis de tout cœur avec toi. Ton texte est très touchant.
    Bises

    Posté par Virginie, jeudi 11 juin 2015 à 06:00
  • Chère Isabelle
    Je fais ta connaissance grace à mon amie Johanne. Ton histoire à venir résonne en moi : suite à un cancer in situ bilaterale decouvert il y a 8 ans(!! Irm de contrôle prevu le 23juin, angoisse tu dis ?? Naaaaaaaon à peine), je me suis battue pour obtenir la mastectomie bilaterale, chose faite un an après la radiotherapie.
    Je te passe les détails, mais pour moi cela s'imposait, même si le risque zero de récidive n'existe pas, cela permet une relative sérénité...... crois moi, ça vaut la peine.
    Je suis sûre que ce n'est que un in situ, et tu en seras complètement débarrassée
    Courage
    Sandrine

    Posté par Sandrine dusud, jeudi 11 juin 2015 à 20:42
  • Je ne peux pas passer sans vous laisser un message plein d'encouragements, pour vous et votre famille. Bien sincèrement.

    Posté par framboise60, vendredi 12 juin 2015 à 13:01
  • Découverte

    Bonsoir,
    après facebook, je découvre donc ton blog et de manière plus précise ce qui t'attends d'ici quelques jours. Comme tous et toutes, je ne peux que souhaiter que tout se passe bien, que c'est un cancer in-situ (je ne connaissais pas cette distinction). Comme toi, j'ai également un blog, mais contrairement à toi je ne m'intéresse pas plus que çà à tout ce qui est "technique" concernant notre maladie, au jargon médical, etc. Tu m'as expliqué pourquoi tu as créée ce blog et je trouve très bien, très bonne ton intention de vouloir donner de l'espoir à celles qui sont dans la même situation que toi ou à d'autre, tel que moi, qui sont curieux de voir comment se vivent les autres cancéreux. Tu parles d'angoisses à la seule pensée des examens prévus deux semaines après ton opération. Comment ne pas l'être? Mais comme toi, je veux croire que les résultats seront bons, que tu vivras encore de nombreux bons moments avec ta famille. J'ai également une fille de 13 ans et, comme la tienne, elle voit aussi un psychologue. Comme la tienne je suppose, elle est un peu inquiète sur mon sort, mais contrairement à tes deux filles qui ont toujours vécu aux côtés de ta maladie, ma fille ne connait cela que depuis 2013, date où j'ai appris que j'avais un cancer primaire du poumon avec une métastase au cerveau. J'ai donc eu le droit à la radiothérapie pour le cerveau, à la chimio puis l'ablation du lobe supérieur droit de mon poumon. Depuis, tous les trimestres j'ai mes examens de contrôles et, si du côté poumon tout va bien, les métastases n'arrêtent pas de se reproduire dans mon cerveau. Actuellement j'en ai trois et, fin juin, devrait repasser sur le billard pour une nouvelle séance de radiothérapie. Voilà, tu en sais un peu plus sur moi et, de mon côté, je vais m'activer à lire ton blog afin de mieux te connaitre. A bientôt !

    Posté par hicham, vendredi 12 juin 2015 à 22:59
  • Je découvre ton blog et ton combat qui bien évidemment ne peut me laisser insensible .Je te souhaite de tout cœur que tout ce passe au mieux pour ton opération et que toutes ces sales cellules puissent bien être définitivement hors de combat!!

    Posté par nadine, samedi 13 juin 2015 à 08:19
  • bonjour Isabelle ,
    merci d'avoir donner des nouvelles, c'est demain le grand jour , bon courage, j'espère que tu ne souffriras pas - et que cette opération permettra un nouveau départ -
    foutu cancer , les années passent et le traitement miracle n'est pas arrivé, l'immunothérapie sera peut être le bon .
    nôtre fille est métastasée au fur et à mesure que les mois passent ,elle a des patchs antidouleurs pour tenir le coup - 4 ans avec herceptine , et avec des chimios toutes semaines depuis 6 mois - des transfusions de sang toutes les 3 semaines , des mois de vie en plus sont un cadeau grâce à la médecine -
    à bientôt pour nous donner de vos nouvelles -

    Posté par Eve, dimanche 14 juin 2015 à 13:50
  • Chère isabelle.....je pense fort à vous avant cette grande ooération....depuis l annonce de mon cancer her2 à même pas 38 ans vous êtes devenue les mots que je n arrivais pas à exprimer.....j ai lu tout vos articles....je suis maman de 3 petites filles de 2 4 et 7 ans.....ma double masectomie remonte à octobre 2014....aujourd hui je suis heureuse du résultat et me sens pleine de féminité ....le parcours est long et douloureux mais la douleur ne nous a jamais freiné car notre force de vivre est tellement plus grande....de tout cœur je pense à vous....et vous remercie de m avoir guidée ces derniers 18 mois par votre expérience.....courage....

    Posté par Rose, dimanche 14 juin 2015 à 21:14
  • Oh flute et reflute ! Heureusement que la médecine a fait de gros progrès ! La récidive, cette épée de Damoclès !
    Courage, Patience et surtout, bonnes vacances ...

    Posté par lamocheteuse, lundi 15 juin 2015 à 16:48
  • je vous découvre, votre opération était hier, j’espère que cette saloperie était un in situ. Je suis aussi une her2 +++ 4 fec 4 taxotere trastu et pertuzumab, puis mastectomie curage axillaire pour la rentrée de mon petit en cp. j'aurais 47 ans en juillet, autant je ne me vois pas comme une combattante, je les choisis les combats, moi je dis c'est mon cauchemar mais je suis courageuse et je tente de rester dans la lumière de la vie. mais vous je vous vois combattre avec force,Accrochez vous à votre amour de la vie qui est si fort.
    donnez de vos nouvelles quand vous pourrez...je vous embrasse catherine

    Posté par catherine, mardi 16 juin 2015 à 23:20
  • Oh, Isabelle, je reviens dans le web juste hier... Et je découvre ce matin que tu es à l'hôpital.
    Comment t'envoyer tous le courage pour remonter, encore une fois, sur ton bateau ?
    Pour l'ablation, ça ira, tu sais avec une mastectomie bilatérale et des reconstructions compliquées, aujourd'hui, je me voit belle dans le miroir, c'est pas ça le problème bien sûr, mais c'est bon de le savoir.
    Quel plaisir j'ai à présent de ne plus faire de mammographie ! De penser que le risque de cancer du sein est bien fini !

    Pour les peurs de métastases et de tumeur agressive, oui, ça fait peur, oui, c'est à hurler de rage, de ras le bol, à dire des gros mots à taper sur la table. Je ne sais plus qui m'avait dit que si je voulais craquer, j'avais le droit de le faire en beauté et de crier bien fort... Et Dieu que ça fait du bien. Tu en as le droit, tu n'en seras que plus solide.

    Et puis après, tu vas remonter dans le bateau, comme toujours et ça va aller. Tu nous a toutes soutenues et maintenant c'est à nous de le faire. Je reviendrai te lire, promis

    Posté par Tili, mercredi 17 juin 2015 à 14:32
  • Encore une bataille...

    chère Isabelle,

    Ces derniers temps je me suis un peu éloignée de mon ordi, et là je tombe sur ton blog et je lis que tu es repartie dans une bataille contre ces foutues cellules cancéreuses, et j'ai envie de crier avec toi, avec vous toutes que ça suffit, STOP, on en a marre de se battre encore et encore!
    Je sais que tu es une battante et que tu vas avancer la tête haute, mais je sais aussi que c'est terriblement dur et injuste ce qui t'arrive.

    Je finis tout juste les cures d'entretien de la leucémie aiguë qui m'a frappée en 2013 ( après un cancer du sein en 2003...), alors les batailles, je connais et je compatis. Tu dois être hospitalisée en ce moment, alors je te serre fort et je te transmets de la force, de l'espoir, de l'affection.

    Posté par Biquette, jeudi 18 juin 2015 à 14:16
  • Après quelques passages sur ton blog ces derniers mois, je découvre ce soir avec stupeur les évènements récents.

    Je me sens proche de ton histoire même si pour ma part je l'ai vécue à l'envers. D'abord un in-situ qui, après une mastectomie avec reconstruction immédiate par lambeau du grand dorsal, n' aurait dû être qu'un mauvais souvenir. Et puis une récidive au niveau des ganglions axillaires et sus-claviculaires, grade 3, HER 2 +, herceptine et pertuzumab toutes les 3 semaines. J'ai 43 ans et 2 garçons de 5 et 8
    ans. J'espère tous les jours les emmener le plus loin possible.

    Ton témoignage m'a donné de l'espoir.

    Ce soir, je suis touchée d'apprendre ce qui t'arrive.

    Je reviendrai prendre de tes nouvelles très vite.

    Plein de courage pour affronter cette nouvelle épreuve.

    Posté par noune, jeudi 18 juin 2015 à 23:52
  • Je vous souhaite tout le bien qui m'est arrivé . Cancer du sein in situ , mastectomie non reconstruite ( parce que je m'en fiche ) et en rémission depuis 6 ans . Voilà ce qui vous attend , votre poitrine sera belle et vous retrouverez le sourire.
    Un point important : je n'ai pas souffert de l'ablation du sein . Les techniques sont au point ainsi que les suites post opératoires .
    Je vous embrasse.

    Posté par Ceriseviolette, vendredi 19 juin 2015 à 09:29
  • Isabelle ... un prénom qui m'est cher.
    C'est en recherchant sur le net des images et infos que je me retrouve sur votre blog et apprend votre combat ...

    Il y a deux ans j'étais en Grèce. Un soir "quelque chose" dans mon sein gauche m'a gêné en allant me coucher ... mais je n'ai pas accordé plus d'importance que ça : j'ai des lipomes partout sur le corps.
    Le lendemain matin le mamelon s'était recroquevillé sur lui-même et rentré dans le sein ... J'avais compris. Bref ... Cancer infiltrant, agressif "très très méchant" (sic cancéro IGR) 8 cm x 6 cm, HER2 +++, fin stade 3.
    9 mois de chimio FEC, Taxol et T ... (le nom m'échappe).
    Et il y a un an le 18 Août mastectomie totale et 18 ganglions enlevés puis radiothérapie quotidienne pendant 5 semaines. Sous Herceptine actuellement ....
    Sortie du bloc - je confirme les propos de Ceriseviolette - aucune douleur ... mais vraiment aucune !

    Je vous souhaite de la force ... je vous en donne de la mienne et quand vous le pourrez ... donnez-nous de vos nouvelles !
    Je vous embrasse !

    Posté par Ioanna, dimanche 21 juin 2015 à 06:14
  • Bonsoir isabelle....il n y a pas un jour où je ne pense pas á vous et votre famille....j espere de Tout mon Coeur que vous ne souffrez pas trop même si je sais par où vous passez....Courage et bonnes pensées de la suisse....

    Posté par Rose, lundi 29 juin 2015 à 23:03
  • Bonjour Isabelle,
    Je passe régulièrement voir si tu as redonné des nouvelles.
    Ça doit faire 2 semaines, maintenant, depuis l'opération. Tu as dû avoir un premier avis, et peut être est tu encore en train d'attendre l'anatomopathologie ?
    Tu ne dois pas avoir le cœur à papoter sur le blog, mais si tu lis, saches que je pense à toi et te souhaite un bon repos à présent pour récupérer.
    Tili...

    Posté par Tili, mercredi 1 juillet 2015 à 14:51
  • un petit pas....

    Je pense à toi, et j'espère que tu vas le mieux possible! Je connais ta détermination, ta volonté de te battre, mais je sais aussi combien c'est difficile... Alors, un petit pas à la fois, pour aller vers des moments plus légers...

    Posté par Biquette, mardi 7 juillet 2015 à 17:41
  • courage

    je viens de lire ton message, je te souhaite bon courage pour te remettre très vite, profiter de tes enfants et passer de très bonnes vacances
    de tout coeur avec toi toute mon amitié.

    Posté par genevieve78, mardi 14 juillet 2015 à 17:21
  • Joli texte, qui éveille tant d'écho chez moi. Reconstruction immédiate aussi après un in-situ dechaut grade, que je préfère aussi appeler pré cancer; mais complications et donc 3 opérations plus tard ...plus de sein.
    Comme toi, Isa, beaucoup de goût pour cette si belle et si fragile vie. Bcp de confiance aussi, pour moi, pour ma fille et mes nièces, confiance qu'un avenir nous attend, qu'on le crée chaque jour, qu'on cueille ce bonheur avec un sourire plus large après les épreuves!
    Tt plein de courage pour les étapes de fine tuning ( c vrai, c du tuning finalement les fauxlolos😀!)

    Posté par Isasuisse, mercredi 15 juin 2016 à 09:30

Poster un commentaire